2016 : Bilan de mi-parcours sur la côte est francophone

Côté quantitatif, le gros des parutions arrivera cet automne en Acadie. En attendant, 2016 est l'année des nouveaux venus en matière de musique francophone sur la côte Est canadienne. Si certains vétérans livrent des œuvres étonnantes, on retiendra les premiers disques d'artistes acadiens. Voici, dans aucun ordre particulier, cinq parutions marquantes de la première moitié de 2016.

Photo de couverture : Joseph Edgar - Crédit : Le Petit Russe.

Le groupe sur un divan vintage devant une tapisserie.

Cy - Crédit : LP Chiasson.

Cy - Deuxième nation

Après un passage aux Francouvertes, le groupe originaire de la Nouvelle-Écosse et du Nouveau-Brunswick s'approprie son instinct folk pour l'adjoindre à des ambitions progressives, dans le cadre d'un joyeux délire chansonnier à la technique musicale imposante et aux harmonies vocales colorés. Deuxième nation offre un savant mélange de textures poétiques acadiennes, livrées avec un plaisir contagieux et des référents locaux bien insérés.

Tide School - Cute

2016 est une année faste pour le collectif néo-écossais. Sous la bannière Tide School, Arthur Comeau rassemble une série d'artistes du sud-ouest de la Nouvelle-Écosse dans le cadre de Cute, la première mixtape du collectif. En plus de pousser la recherche créative de Comeau à un autre niveau, Cute est une oeuvre marquante et nécessaire, mais également une étape logique, en Acadie de la Nouvelle-Écosse. Au bout de l'écoute, Comeau opère à la hauteur de ses ambitions. En compagnie de Mike à Vik, Jonah Meltwave, Young Corleone et Denzel Subban, ils font bien plus que solidifier leur place parmi la création émergente sur la côte Est; ils sont à la tête d'un véritable mouvement.

Poertrait de Joseph Edgar vêtu d'un chapeau rouge

Photo : Le Petit Russe

Joseph Edgar - Ricochets

Pour son cinquième album studio, Joseph Edgar s'adjoint les services du réalisateur André Papanicolaou. Cette collaboration permet à l'auteur-compositeur-interprète de sortir à gauche de sa zone de confort pour gagner en audace et en accessibilité. En plus d'être en plein contrôle de sa proposition, Edgar livre de véritables instants d'extase, comme en témoigne la mémorable Tout ce que j'ai pu dire qui allie rock roots à une sitar.

Pierre Guitard - La tige et la racine

Ce premier titre de l'auteur-compositeur-interprète s'inspire autant de la tradition folk acadienne que du rock garage et même du space rock des années 1970. Sous la réalisation de Pascal Lejeune, Pierre Guitard porte un regard intime sur l'évolution d'une rupture amoureuse, avec comme point d'orgue L'amour est gone, petit brûlot urgent où il arrive à sortir du lot parmi la proposition acadienne grâce à sa franche sensibilité, sa concision et ses hameçons.

Lullaby Baxter & Robinson St. George - L'heure de l'étoile

Voici un des secrets les mieux gardé de Moncton. Si la parution de L'heure de l'étoile est passé inaperçu, le duo livre un jazz chansonnier bilingue, minimaliste et efficace, appuyé par la voix et la caisse claire de Lullaby Baxter et le piano de Robinson St. George. De cette offre, émerge une étonnante beauté, particulièrement grâce à l'efficacité et la solidité de la proposition du groupe. Une question s'impose au bout de l'écoute: pourquoi n'entends-on pas parler du duo sur la côte Est?

L'automne sera chargé avec une vingtaine de lancements dans la région dont ceux de Kevin McIntyre, Caroline Savoie, Lisa LeBlanc, George Belliveau, Menoncle Jason, Les Hay Babies et autres Joey Robin Haché.