21e Francouvertes : la finale

Le 8 mai se tenait la finale des 21e Francouvertes au Club Soda à Montréal. Le bouquet de Laurence-Anne, Les Louanges et Lydia Képinski y a jouté, précédé d'une performance conjointe par les porte-paroles de l'événement, Rosie Valland et Philippe Brach.

Photo de couverture : . Crédit : Jean-François Leblanc.

Les lionnes et les lions

Montréal inondée au Nord, y a de la neige en mai, c'est le lendemain de la finale de La Voix : toutes des mini-hécatombes récupérées avec plus ou moins de sensations. Comme ici - mes attributions comparées, avant tous les verdicts :

Laurence-Anne : Rebecca Noelle
Les Louanges : Ludovick Bourgeois
Lydia Képinski : David Marino

Un concours, comme une image léonine retentissante de la méritocratie dans le territoire musical - et c'est parfois son accélérateur, itou. Après que les artistes aient donné une couple de fois, certains publics et jurés autant vu, c'est l'exaltation commune de la somme. Est-ce que c'est le bout où on commence à avoir du fun, la tension estompée pour profiter d'un dernier éclat ? Est-ce qu'on veut vraiment savoir qui gagne, ou tout le monde se couronne déjà - cette année plus que d'habitude encore ?

On les reverra toutes et tous.

En ouverture, un vidéo hommage à Andréanne Sasseville, porte-parole de SiriusXM et ambassadrice des Francouvertes, décédée des suites d'un cancer du sein au début de l'année. Puis Rosie Valland a cassé une toune - Bleu, déjà belle et vibrante dans la reverb intime de l'offre solo, Philippe Brach l'a rejointe pour Sinon, dernier single (quasi inédit, d'ailleurs) d'icelle, puis Brach en a cassé une itou. Simple, efficace, et ça n'absorbait pas la suite.

Laurence-Anne

Laurence-Anne à la finale des Francouvertes 2017 - Crédit Jean-François LeBlanc

Laurence-Anne à la finale des Francouvertes 2017 - Crédit : Jean-François LeBlanc.

Bien que les sabots en chanson, le projet de Laurence-Anne tient du band - rock hanté, « folk mystère », des ambiances plutôt que des hooks, des mots en instruments, des vallons en broderies et vrombissements plutôt que des charpentes. Le mystère est invitant, et ses actants l'offrent de mieux en mieux depuis le début du concours, avec une sorte d'assurance enjouée. Le jeu : des totems en noms de chips, et des feuilles de Bounce (« Mon odeur préférée », dit-elle) qui avaient été déposées sur certaines tables de la salle pour inciter le public à vivre une expérience olfactive pendant le concert. Un clair-obscur miroitant, étincelant, qui, pointillé d'astuces et traversé de liesses, souffle dans le bon sens et se conquiert parfois lui-même.

Les Louanges

Les Louanges à la finale des Francouvertes 2017 - Crédit Jean-François LeBlanc

Les Louanges à la finale des Francouvertes 2017 - Crédit : Jean-François LeBlanc.

Rock fleuri, lui. Et de chemise, itou. Est-ce que c'est la chemise qui est fleurie (ou, à motifs) ou ce sont les fleurs (idem) qui sont chemisées ? Du rock de mise en costume, tiens, qui habille juste assez ses mots en qualités pop - et qu'on se trouve récompensé de scruter davantage, i.e. : « Fait jamais trop chaud / Pour celle aux idées faites ». Malgré quelques moments prog qui s'égarent, Vincent Roberge sait propulser ses pièces, faire voltiger ses mélodies sans surenchère et pourtant en Technicolor. Sa candeur, couplée d'excitation, galvanisait encore l'offre, et on souhaite que ce soit tel longtemps.

Lydia Képinski

Lydia Képinski à la finale des Francouvertes 2017 - Crédit Jean-François LeBlanc

Lydia Képinski à la finale des Francouvertes 2017 - Crédit : Jean-François LeBlanc.

Sphinxesque devant son filigrane, frondeuse devant son affection, rescapée par ses chansons, Lydia Képinski a offert ce qui semblait être le plus brut, le plus inédit de cette édition du concours. Et l'énigme qui la nimbe apparaît encore abondante, arable, à explorer longuement. Les compositions se gonflent de quelques parures qui minent les chansons per se - chansons qui sont, elles, fortes, fulgurantes, au pathos envoûtant et rusé. Leur résolution, donc, viendra plus tard - et tant mieux que ça dure.

Au terme de cette finale où tout le monde gagne, le classement :

  1. LYDIA KÉPINSKI
  2. LES LOUANGES
  3. LAURENCE-ANNE

C'était, en clôture, un rideau qui s'ouvrait encore, donc, plutôt que se fermait. On les reverra, toutes et tous, colosses magnifiques : le blanc sortilège de Laurence-Anne subjuguant et se sublimant davantage, le cœur des Louanges essaimant les alentours débinés de nature, la hardiesse sibylline de Lydia Képinski libérant large pour ouvrir le nouveau chemin d’une voix comble et exclusive.

Lydia Képinski et tellement d'argent à la finale des Francouvertes 2017 - Crédit Jean-François LeBlanc

Lydia Képinski et tellement d'argent à la finale des Francouvertes 2017 - Crédit : Jean-François LeBlanc.

Bravo ! Personne était triste.