50 ans de chanson francophone dans l’Ouest : un livre et une série radio

Ronald Tremblay a quitté le Québec il y a presque 45 ans. Si pendant les premières années il a tenté d’être artiste, il a vite compris que ce n’était pas pour lui. La présence de ces têtes créatrices lui est toutefois devenue indispensable. Toute sa vie, il a travaillé à leur côté dans différentes organisations. En 2017, il leur rend hommage deux fois plutôt qu’une avec une anthologie et une série radio sur la musique francophone de l’Ouest.

Photo de couverture : Ronald Tremblay, Karimah et Kasperzick au 25e Chant'Ouest. Photo : Ronald Tremblay.

« Ça fait longtemps que je caresse le projet de faire une anthologie, raconte-t-il. Ce n’est que tout récemment, grâce à la Société Chant’Ouest, que le projet s’est concrétisé. Au début, je voulais parler de la musique francophone hors Québec. Je me suis vite rendu compte que ça n’avait aucun sens; c’était beaucoup trop vaste. Puis finalement, il a été décidé qu’elle porterait sur la musique francophone de l’Ouest et du Nord. »

50 ans, de 1967 à 2017, seront couverts dans un bouquin. Le livre, intitulé Franchir l’espace : La musique de l’Ouest et du Nord, va comprendre un glossaire de 120 items incluant des biographies d’artistes, des salles de spectacles importantes et des chansons qui ont une valeur historique pour la francophonie ouestrienne. Dans une deuxième partie, plusieurs thèmes seront explorés. Parmi eux, le bilinguisme (la nécessité d’œuvrer dans les deux langues officielles) et la diaspora (ceux qui comme Daniel Lavoie et Anique Granger ont quitté l’Ouest pour vivre à Montréal).

8 candidats se tiennent sur une scène. Elle a été prise en 1990 au premier Gala interprovincial de la chanson.

Premier groupe de finalistes du Gala interprovincial de la chanson - aujourd’hui le Chant’Ouest. Photo : Ronald Tremblay.

« Le projet est né de mon besoin de paramètres, avoue Ronald Tremblay. J’ai sans cesse besoin de définir et de classifier les choses ! Par contre, je ne suis pas seul derrière ce dessein. Par exemple, pour arriver à faire des choix, nous avons fait des consultations dans l’ensemble du territoire. Il y a aussi toute une gang de rédacteurs qui m’aident. »

Aussi à la radio

Ce sont sensiblement les mêmes thèmes abordés dans l’anthologie qui se retrouveront au cœur de la série La chanson se lève à l’Ouest. Six épisodes seront diffusés à partir du 20 février dans les huit radios communautaires de l'Association des radios communautaires de l'Ouest et des Territoires (ARCOT). Au moment de l’entrevue, à la fin du mois de janvier, Ronald se rendait le soir même à Winnipeg pour superviser l’enregistrement des trois dernières émissions.

« Nous avons deux mandats avec cette série. D’abord, celui de faire connaître la musique francophone de l’Ouest et aussi celui de la professionnalisation de la relève. C’est pourquoi on a choisi des animateurs remplis de potentiel qui travaillent actuellement dans les radios communautaires de l’ARCOT. » Ils sont chapeautés par des professionnels comme Marc Giguère qui fait de la radio depuis 25 ans et Josée Thibeault, metteure en scène, auteure et bien plus.

Des podcasts devraient aussi être disponibles sous peu.

Un lègue

Ronald Tremblay est probablement trop humble pour le dire, mais il est un élément essentiel dans la composition du béton qui unit la musique francophone dans l’Ouest. Il a contribué à la création d’à peu près tous les grands événements musicaux en Alberta.

« Pour moi, l’anthologie, c’est comme un point culminant après la création, en 1989, du Gala provincial de la chanson française (aujourd’hui appelé Polyfonik), le Gala interprovincial de la chanson de l’Ouest (Chant’Ouest) en 1990 et la Chicane albertaine en 2001. »

Après la parution du livre, ce qui devrait se produire à la fin de l’été, Ronald Tremblay se lancera dans d’autres projets. Il espère produire des podcasts sous forme de discussions sur la musique franco-albertaine. Ce sera, selon lui, plus ludique et surtout, moins pointilleux.

7 points saillants de la chanson francophone dans l’Ouest selon Ronald Tremblay :

  • 1967 – Fondation du 100 Nons à Winnipeg par Antoine Gaborieau.
  • 1973 – Gérald Paquin devient le premier artiste hors-Québec à remporter les grands honneurs chez les auteurs-compositeurs interprètes au Festival de la chanson de Granby. Il interprète trois chansons de Gérard ‘Ziz’ Jean.
  • 1983 – Sortie de Tension Attention de Daniel Lavoie. Le 45-tour Ils s’aiment vend deux millions de copies. La chanson est traduite en anglais, en espagnol et en portugais.
  • 1990 – Le premier Gala interprovincial de la chanson de l’Ouest organisé par les associations artistiques de l’Ouest canadien et la radio de Radio-Canada a lieu à Edmonton. L’événement est renommé Chant’Ouest en 1997. C’est la première fois que des artistes des quatre provinces de l’Ouest performent ensemble sur une même scène.
  • 1992 – C’est elle de Hart Rouge – extrait du disque Inconditionnel – est la chanson qui tourne le plus au Québec.
  • 2006 – Le Réseau de diffusion de l'Ouest et du Nord devient le Réseau des grands espaces.
  • 2017 – Les Prix Trille Or de l’APCM maintenant ouverts aux artistes de l’Ouest canadien.