C'est quoi, un artiste franco-ontarien?

Drapeau franco-ontarien

Avec Kaïn et Éric Lapointe comme têtes d’affiche, on pourrait croire que Boom Desjardins est le grand responsable de la programmation du Festival franco-ontarien 2015, qui se déroule du 11 au 13 juin au parc Major’s Hill d’Ottawa. L'ex chanteur de La Chicane avait alors déclaré dans une entrevue accordée au Journal de Québec en juin dernier : « On dirait que depuis Kaïn, je n’ai rien entendu qui se démarque. » Lorsqu'on regarde de plus près, on comprend plutôt que le Franco a voulu frapper un grand coup pour sa 40e édition qui coïncide avec les 400 ans de présence française en Ontario.

En plus de Kaïn, qui aurait dans le passé attiré l’une des plus grandes foules du festival, on retrouve les valeurs sûres que sont Zachary Richard et Daniel Lavoie. Et surtout, on retrouve des dizaines d’artistes franco-ontariens. BRBR en a profité pour s’entretenir avec quelques-uns d’entre eux, afin de savoir ce que représente le fait d'être un artiste franco-ontarien en ce 40e/400e.

Le Paysagiste

À part être Ontarien et chanter en français, c'est quoi un artiste franco-ontarien?

Dayv Poulin – Le Paysagiste (DP) : Je pense que ça vient avec sa part de responsabilité. Tu deviens souvent un porte-parole de l'Ontario français. Certains embrassent ce rôle, comme moi-même, et d'autres vivent peut-être moins bien avec ça! À part ça, être un artiste franco-ontarien c'est aussi faire partie d'une gang qui est pas mal cool, mais aussi pas mal tough (qui a de l'endurance) mais qui sait aussi comment bien célébrer!

Quels sont les principaux défis ou avantages de chanter en français dans une province anglophone comme l'Ontario?

DP : Les avantages : le public franco-ontarien est un public chaleureux qui appuie fortement ses artistes. Puisqu'on est une assez petite gang comparativement au marché anglophone qui est saturé, on a une meilleure visibilité et ça peut être plus facile et moins long de se faire voir et entendre, et de se faire une place parmi les autres artistes déjà établis. Il y a aussi beaucoup d'appui et d'aide entre artistes ce qui est un gros plus! Les défis : se faire connaître ailleurs qu'en Ontario. C'est là que ça peut prendre du temps! Les grandes distances aussi qui divisent les publics francophones en Ontario est un grand défi lorsqu'on veut faire une tournée!

Le paysagiste, artiste franco-ontarien, fait partie de la programmation du 40e festival franco-ontarien

Être sur la scène du Franco pour les 400 ans de présence française en Ontario et le 40e du festival, qu'est-ce que ça représente pour vous?

DP : Je suis extrêmement fier d'être là. Jouer au Festival franco comme Le Paysagiste, ça fait parti de ma « bucket list », donc ça fait vraiment du bien d'y être. J'pense que veux, veux pas, y'a une certain fierté aussi par rapport aux 400 ans de présence francophone. On est faits forts, puis on a encore notre place (assez imposante) dans le paysage culturel.

L'artiste franco-ontarien, présent ou passé, qui vous a le plus inspiré/qui vous inspire le plus?

DP : Du passé : Cano. Du présent : Damien Robitaille.

Le meilleur artiste franco depuis Kaïn?

DP : Hahaha! Elle est bonne... Kaïn, c'est un bon groupe qui font des bonnes tounes accrocheuses, mais il y a eu tellement d'artistes avant et tellement d'artistes après qui sont dignes d'être nommés les « meilleurs »! Dans l'fond, la musique c'est tellement subjectif, c'est impossible de dire qu'un artiste ou un groupe est le « meilleur ». Personnellement, les meilleurs artistes pour moi sont ceux qui livrent de la qualité autant sur album qu’en spectacle, qui peuvent se réinventer, et qui peuvent surprendre et faire tripper. Et ça, bien il y en a pour tous les goûts! On est chanceux.

Mélissa Ouimet

Mélissa Ouimet, artiste franco-ontarienne, sera au 40e festival franco-ontarien

À part être Ontarien et chanter en français, c'est quoi un artiste franco-ontarien?

Mélissa Ouimet (MO) : Un combattant, fier de sa langue et surtout fier de propager la bonne nouvelle que le français existe partout au Canada…et que nous aussi on fête la Saint-Jean. Bon c’est dit!

Quels sont les principaux défis ou avantages de chanter en français dans une province anglophone comme l'Ontario?

MO : Avantages :

- Bonne influence, bon exemple pour les jeunes (on peut inciter davantage les jeunes à écouter de la musique en français)

- Unique

- Différents

- Appuis financiers

Désavantages : je vois le verre à moitié plein. Je crois que si on le veut vraiment on peut très bien réussir en français!

Être sur la scène du Franco pour les 400 ans de présence française en Ontario et le 40e du festival, qu'est-ce que ça représente pour vous?

MO : Ça représente quelque chose d’énorme! Je suis moi-même une « tête de cochon franco-ontarienne »! Chanter mes nouvelles chansons de mon premier album qui sortira cet automne, chez nous pour le 40e du festival ainsi que pour les 400 ans de présence, je n’aurais pas pu demander mieux! C’est vraiment une super belle opportunité, j’en suis très reconnaissante.

L'artiste franco-ontarien, présent ou passé, qui vous a le plus inspiré/qui vous inspire le plus?

Je dois dire elle qu’elle m’a toujours impressionnée dès le départ lorsqu’elle était au côté de ma sœur dans la Caféthèque (spectacle de l’école secondaire de Casselman) et elle m’épate toujours. C’est une fille bourrée de talents, travaillante et qui est surtout fière de ses racines. Nul autre que Véronic DiCaire!

Le meilleur artiste franco depuis Kaïn?

MO : Haha! Ça me rappelle une entrevue ça. Sérieusement, j’aime plusieurs artistes francophones, alors je ne pourrais pas me prononcer là-dessus. Ils ont tous un grain unique et ils apportent tous quelque chose à notre industrie musicale.

YAO

À part être Ontarien et chanter en français, c'est quoi un artiste franco-ontarien?

YAO : C'est un artiste qui cherche toujours à connecter avec la francophonie d'ici et d'ailleurs!

Quels sont les principaux défis ou avantages de chanter en français dans une province anglophone comme l'Ontario?

YAO : Avantages : tous sont prêts à s'entraider pour faire avancer la culture franco-ontarienne. Défis : la distance pour rejoindre toutes les communautés francophones (Hearst, Timmins jusqu'à Toronto, Windsor).

Être sur la scène du Franco pour les 400 ans de présence française en Ontario et le 40e du festival, qu'est-ce que ça représente pour vous?

YAO : Une belle façon de démontrer l'évolution de l'Ontario francophone, quand je regarde la diversité d'artistes, de différents styles musicaux et univers qui se rejoignent.

L'artiste franco-ontarien, présent ou passé, qui vous a le plus inspiré/qui vous inspire le plus?

YAO : Stef Paquette.

Le meilleur artiste franco depuis Kaïn?

YAO : Stef Paquette.