D-Track : Su'a track

Ça y est, Paul Piché fait du rap! C’est ce que je me suis dit quand, en même pas deux heures, j’ai entendu Loco Locass reprendre Heureux d’un printemps et vu Paul Piché poser fièrement aux côtés du slammeur gatinois D-Track… Ou était-ce plutôt D-Track qui posait fièrement aux côtés de Paul Piché!?!  Soyez rassurés, Paul Piché ne s’est pas vraiment mis au rap. Mais l’idée fait sourire.

Sérieusement, j’étais bien content de voir D-Track, David Dufour de son vrai nom, tout souriant aux côtés de Paul Piché. D-Track, je l’ai rencontré quand j’ai commencé à animer mon émission à la radio de l’université d’Ottawa (CHUO). Il était le directeur musical. C’était juste avant qu’il ne fasse paraître Le Feeling, son plus récent album. C’était aussi juste avant qu’il ne quitte la station pour se consacrer davantage à sa carrière d’artiste.

Si D-Track posait aussi fièrement aux côtés de Paul Piché, ça devait être parce que les choses se passaient bien pour lui à Petite-Vallée, là où la photo a été prise. J’étais donc un peu rassuré, parce que les choses n’avaient pas été pour le mieux pour lui quelques mois plus tôt, lors de sa tentative aux Francouvertes. « Ç’a vraiment mal été, » confie-t-il. «Au niveau de la mise en scène, on était vraiment mal préparé. Mais c’est une expérience négative qui s’est avérée positive.»

D-Track sur scène.

Les choses ont toutefois été bien différentes à Petite Vallée. S’il m’avoue que ce passage «n’a pas été des vacances » et que ses journées commençaient à 8h pour se terminer à 22h, il affirme qu’il a particulièrement aimé les ateliers, notamment les ateliers vocaux. Les quatre spectacles  avec band professionnel, font aussi partie de ses bons souvenirs. Et évidemment, le fait de côtoyer d’autres artistes avec des styles bien différents est toujours une expérience enrichissante.

Et il a eu aussi bien du plaisir, entre autres, lorsqu’il s’amusait à freestyler, backstage, devant les Daniel Boucher, Pierre Flynn et Laurence Jalbert, qui ont beaucoup aimé ses performances. Une reconnaissance très appréciée par le principal intéressé. Et Paul Piché? D-Track m’avoue qu’il l’a un peu traîné de force pour la photo, mais qu’il n’était pas le plus intéressé par ses freestyles (C’est donc confirmé, Paul Piché ne se met pas au rap!).

D-Track sur scène.

Ce qu’il a le plus retenu de son détour à Petite-Vallée, c’est de devoir essayer de retrouver en show l’intention derrière la chanson, pour la retransmettre en prestation. « C’est dans le rapport au public, il faut ramener l’émotion qu’on a au début, au moment d’écrire une pièce, et de présenter ces émotions au public. Sur scène, y a un peu un jeu d’acteur à avoir,» explique-t-il.

Avec les succès de D-Track à Petite-Vallée, Dead Obies aux Francouvertes et Rod le Stod à Granby et Petite-Vallée, la dernière année pourrait bien marquer un tournant pour les artistes rap/hip-hop/slam, qu’on voyait peu dans ces concours. Selon D-Track, c’était beaucoup les artistes de la scène hip-hop qui ne s’essayaient pas dans le passé. Il y a de plus en plus d’ouverture selon lui. Il croit aussi qu’à force d’être exposé à ce genre et que si plus d’artistes font bien leurs choses, le grand public va se faire une oreille. Il m’assure même avoir plusieurs fans baby-boomers!

Pour la suite des choses, celui qui a été initié au rap à l’âge de 11 ans par sa sœur s’apprête à sortir un nouvel album, Abri Tempo. Dufour nous promet un son plus recherché, des textes et une façon d’interpréter plus matures. Un album de 14 pièces dont une avec Karim Ouellet et une autre avec Claude Bégin, JF No (Fet. Nat.) y fait aussi une intro. D-Track y assure lui-même la réalisation, mais il a laissé les arrangements à Pierre-Luc Clément (Fet. Nat.) et le mixage à Claude Bégin (Karim Ouellet). Autre nouveauté, cet album paraîtra sous étiquette Abuzive (Karim Ouellet, Ludo Pin).

Lancement :

28 août 2013, Le Petit Chicago (Gatineau)

3 septembre 2013, Le Divan Orange (Montréal)