Fairfield Circuitry : artisan de la pédale

Le fabricant de pédales d'effet Fairfield Circuitry originaire de Hull attire des clients des plus enviables : le guitariste de Paul McCartney, la guitariste de Prince et St. Vincent, entre autres, utilisent ses produits d'exception. Le nom Fairfield est bien connu dans le monde musical d'Ottawa-Gatineau. Il y a bien sûr Charles, le paternel, musicien, arrangeur, réalisateur et propriétaire du studio N’Code. Il y a également Olivier, aussi musicien (Timber Timbre, Mehdi Cayenne Club, Fet. Nat) et réalisateur (Tricia Foster, Mehdi Cayenne club). Et il y a Guillaume, qui lui, fabrique des pédales d'effet à partir de son atelier du quartier Wrightville à Hull où BRBR l’a rencontré.   https://www.youtube.com/watch?v=ms8nxYMJVew

Musiciens de père en fils… ou presque!

Guillaume Fairfield aurait pu devenir musicien professionnel, comme son père et son frère. Mais il avoue qu’il n’avait ni la discipline pour pratiquer, ni le talent de son frère qui « peut prendre n’importe quel instrument et le maîtriser en dedans d’un mois ». Alors il se contente de gratter un peu de guitare, pour le fun.

Guillaume Fairfield, fondateur de Fairfield Circuitry, à son atelier.

Guillaume Fairfield, fondateur de Fairfield Circuitry

N’empêche, il baigne depuis des années dans le monde des musiciens et des studios, notamment celui de son père où il allait jammer pendant des heures après la fermeture. C’est un peu ainsi qu’il s’est mis à s’intéresser aux amplis et autres bébelles électroniques qui l’entouraient.   Après avoir étudié l’électronique à la Cité collégial, Guillaume enchaîne les contrats ici et là pendant quelques années. Puis, alors qu’il peut profiter de programmes d’aide au démarrage d’entreprise, il se décide à se lancer dans la fabrication de pédales d’effet et dans l’aventure de Fairfield Circuitry.

De Hull à Paul McCartney

À ses débuts, en 2008, il fabriquait seul ses pédales à partir de la maison. La première année, il en a fabriqué une centaine. Il appelait les boutiques spécialisées pour leur vendre ses pédales. Quelques-unes ont embarqué. Ça s’est mis à en parler sur les forums spécialisés, comme The Gearpage, Harmony Central ou I Love Fuzz.   Aujourd’hui, son atelier emploie 6 personnes. Fairfield Circuitry fabrique une demie douzaine de modèles différents et prévoit en vendre plus de 1 600 cette année dans une quinzaine de pays. À elle seule, la Barbershop, son modèle le plus populaire, a été vendue à 500 exemplaires depuis qu’elle a été redessinée il y a 6 mois.   https://youtu.be/hRItWS9zj1Y Fairfield circuitry peut également se targuer d’avoir des clients de prestige tels que le guitariste de Paul McCartney, Alessandro Cortini de Nine Inch Nails (et peut-être aussi Trent Reznor, mais ça c’est pas sûr!), la guitariste de Prince, St. Vincent, Bright eyes. Plus près de chez nous, on retrouve bien sûr des membres de Timber Timbre, mais aussi de Godspeed You! Black Emperor, We are wolves, CRABE, Fet. Nat, Fred Fortin (Galaxie, Gros Mené) ou encore les ex-Chinatown Félix Dyotte et Toby Caouette.

Atelier de Fairfield Circuitry.

Atelier de Fairfield Circuitry.

Atelier de Fairfield Circuitry.

Atelier de Fairfield Circuitry

« Unique & robust, made in Hull »

Le look et le son particulier des pédales de Fairfield ne sont pas étrangers au fait que l’entreprise ait su se forger une personnalité bien à elle dans le marché bien garni des pédales d’effet. « C’est un son qui est sale, qui est particulier […] j’ai un son qui n’a pas peur de distorsionner », m’explique Guillaume. Pas surprenant donc qu’un gars comme Fred Fortin ait adopté leurs pédales!

Et si Guillaume n’aime pas trop utiliser le terme vintage, reste que ses pédales ont un petit côté clairement analogique. Il avoue qu’il essaie de faire réagir ses pédales comme des amplis à tubes et il travaille présentement sur un vibrato aléatoire pour émuler le vieux son des « machines à tape ».

Bref, il aime bien « aller chercher des sons d’une autre époque »… Même si expérimenter le digital fait aussi partie de ses projets dans les prochains mois!   Et il y a le look, qui fait très « DIY », avec l’aluminium vierge et les lettres un peu croches de l’étampe-logo de la compagnie.

Comme le dit Guillaume : « J’pense que mon slogan ''unique & robust'', c’est que les pédales sont uniques sur le marché, dans ce qui est disponible, mais aussi entre elles. Dans le même modèle, il y aura de petites variations, que ce soit dans le look, dans les circuits, dans le son. Pis elles sont robustes, parce que je mets un effort pour que ce soit des pédales qui vont pouvoir être réparées […] Moi j’veux que dans 50 ans, il y ait du monde qui en ait encore, parce que sinon c’est un peu plate ».

Malgré les succès de l’entreprise, Guillaume assure qu’il veut garder ça petit : « C’est plus le fun, j’aime bien l'équilibre entre offrir des pédales pas trop chères, et de bonne qualité ». Les pédales fabriquées en Chine le moins cher possible, ce n’est donc pas pour demain!

Allez jeter un oeil à leurs produits. Même les t-shirts look : http://fairfieldcircuitry.com/