Fet.Nat

FetNat pochette d'album

Avec un nouvel album en main, la formation hulloise Fet.Nat entame une série de concerts qui les mènera de Montréal à Hamilton au cours des prochains jours. J’en ai donc profité pour organiser une petite rencontre avec Pierre-Luc et JFNo, respectivement guitariste et chanteur du groupe.

Bien que Fet.Nat existe depuis quelques années, la formule demeure toujours la même, c’est-à-dire quelques amis musiciens qui se réunissent le temps d’un jam, avant de repartir chacun son côté pour travailler sur ses projets respectifs. Toutefois, malgré que ce soit « un groupe à temps partiel », ils trouvent toujours une excuse pour se réunir. « Parce qu’on s’amuse tellement, lance Pierre-Luc. On trouve toujours le temps de se rejoindre, pour faire soit un album, une petite run de show, ou des répétitions, juste pour le fun, et faire de nouvelles tracks ».

Étant tous des musiciens hors pair, le résultat est audacieux et détonne dans l’univers musical francophone actuel. Un rock déglingué où la voix de JFNo tombe beaucoup plus dans le registre d’un instrument que dans celui de la chanson. L’ajout d’un saxophoniste sur leur plus récent album, Poule Mange Poule, donne même un petit aspect jazzy, fort intéressant à la formule.

Une formation à géométrie variable

À la base, Fet.Nat ce sont trois amis qui se réunissent pour expérimenter. On y retrouve Pierre-Luc Clément à la guitare, Olivier Fairfield à la batterie et JFNo à la voix. Bien que JFNo répète que pour lui, « Fet.Nat c’est Pierre-Luc et Olivier, puis le reste, on s’ajoute à ce noyau-là », il n’en demeure pas moins qu’il met ses idées originales au service du groupe. Il n’hésite pas à prendre une voix théâtrale, où il peut interpréter une jeune fille, chanter comme une poule (Caquette), ou même offrir un solo de pleurs (Purple empereur), ajoutant du même coup à l’étrangeté de l’œuvre.

Depuis ses débuts, Fet.Nat est un groupe à géométrie variable, et bien que la formule actuelle semble bien fonctionner, Pierre-Luc confirme que la formation est « toujours assez malléable, qu’il n’y a rien de vraiment coulé dans le béton ». Pendant un certain temps, ils comptaient également sur les services d’un bassiste. Toutefois, suite à un conflit d’horaire, le groupe a dû se débrouiller sans lui, entre autres parce qu’il ne pouvait être présent lors d’un important concert qu’ils ont tout de même accepté de présenter. Comme l’explique JFNo, « le noyau a décidé d’aller de l’avant sur l’engagement, puis de retravailler les pièces, tout en demandant à Olivier de jouer la batterie et la basse en même temps ». Le groupe, qui pouvait également compter sur le saxophoniste Linsey Wellman, en a profité pour faire ses arrangements en conséquence. « [Les pièces] ont été faites pour que Linsey puisse avoir tout l’espace pour bien travailler », lance JFNo; « le son est devenu un peu plus disloqué, ça devient un peu moins rock et quelque chose d’un peu moins définissable », d’ajouter Pierre-Luc.

Petite percée dans le sud de l’Ontario grâce à E-Tron Records

La formation, maintenant officiellement composée de 4 membres, entame une tournée pour présenter les pièces de son nouvel album. Pouvant compter sur l’aide du label indépendant E-Tron Records, Fet.Nat a la chance de se produire à quelques reprises dans le sud de l’Ontario. « Il y a de l’intérêt pour le label E-Tron, surtout dans la périphérie de Toronto, et on a établi des connexions avec d’autres petits labels qui nous ressemblent », avance Pierre-Luc; en fait, « c’est juste d’aller montrer ce que l’on fait, au nom de Hull, de E-Tron, puis de Fet.Nat ». La formation étant sur une lancée, on peut s’attendre à ce qu’elle continue de nous étonner pendant encore un bon petit moment, avec des idées toujours aussi explosives et une aptitude centrée sur la complicité et le plaisir de la musique!

Leur album Poule Mange Poule, tout comme les précédents, est disponible en téléchargement gratuit sur Bandcamp. Il est également possible de se le procurer sur support cassette et vinyle dans l’un des différents concerts que la formation s’apprête à donner dans la région d’Ottawa-Gatineau, à Montréal, et en périphérie de Toronto.