FOÉ 2016 – Deuxième partie

La Bronze forcée par dame nature de faire une prestation acoustique, puis une bataille d’oreillers pendant le show de La Famille Ouellette, qui nous a ensuite servi un spaghetti, les 3e et 4e journées du Festival de l’Outaouais Émergent n’avaient pas fini de nous surprendre ! Retour sur ces deux jours hauts en couleur !

Photo de couverture : La Bronze sur la scène de La Fabrique Culturelle au Festival de l'Outaouais Émergent.

Les quatre membres de Maggie’s March sur la scène du Festival de l’Outaouais Émergent. Au centre le guitariste fait est de côté, ne jambe en l’air. Sur sa droite, on aperçoit l’autre guitariste qui le regarde et sur sa gauche il y a le bassiste qui regarde en l’air. En arrière, le drummer.

Maggie's March sur la scène de La Fabrique Culturelle au Festival de l'Outaouais Émergent.

La météo s’annonçait incertaine pour cette troisième journée du Festival de l’Outaouais Émergent, où des orages étaient imminents. Qu’à cela ne tienne, j’emballe manteau, parapluie et poncho et je me dirige vers le Vieux-Hull. Ce n'était certainement pas quelques gouttes qui allaient m’arrêter.

L’après-midi s’est ouverte avec la prestation de Maggie’s March, jeune formation de Gatineau qui s’est fait remarquer au courant de la dernière année. Leur premier EP, Couleurs, est sorti au début de l’été et déjà leur musique indie folk a su attirer l’attention. D’entrée de jeu, ils lancent que de jouer au FOÉ était l’un de leurs rêves, objectif qui se sera réalisé dès la première année d’existence de la formation. La suite des choses s’annonce donc fort prometteuse pour eux.

Timal à l’avant-scène est devant un micro avec sa guitare. Sur sa droite on aperçoit une chanteuse. En arrière on voit le batteur et le bassiste.

Timal sur la scène Perfecson au Festival de l'Outaouais Émergent.

La journée s’est ensuite poursuivie avec la prestation de Timal, qui s’est efforcé de nous faire « rejoindre les étoiles » avec ses rythmes pop très positifs. Puis les sept gars des Gerry’s ont pris le relais pour nous faire des reprises a capella, et non sans humour, de pièces de Gerry Boulet.

Ma première grande surprise de la journée a toutefois été le concert funk-jazz de Funk-A-Tron 5000. Avec sax, trompette, guit et clavier, ils ont offert une prestation hyper énergique, qui a su réveiller le Vieux-Hull.

Dame nature vient bousculer les choses

La soirée s’est amorcée avec le rock-garage-comique-décapant des Montréalais Perdrix, ravivant au passage une foule encore légèrement engourdie. Tout comme pour Saphir Avenue la veille, ils ont toutefois dû redoubler d’ardeur en fin de prestation, afin d’enterrer La Bronze qui faisait déjà entendre ses premières notes sur la scène adjacente. Ils ont su relever le défi avec brio, en convainquant la foule de s’accrocher quelques minutes supplémentaires, avant de se rendre voir l’une des têtes d’affiche du FOÉ 2016.

Sur l’autre scène, La Bronze, en formule trio et toujours aussi animée sur scène, semblait particulièrement heureuse d’être de retour dans la région qui l’a vue grandir. « L’Outaouais, c’est où j’ai appris à lire, à écrire et à frencher » lance-t-elle d’emblée, avant d’ajouter qu’elle était très contente d’être au FOÉ.

La Bronze est debout sur une petite table basse, prête à chanter. Son guitariste est à côté d’elle, assis sur un tabouret.

Dû à l'orage, La Bronze fait une prestation acoustique au Festival de l'Outaouais Émergent.

L’orage, qui avait jusqu’ici déjoué toutes les prévisions météorologiques, s’est finalement pointé le bout du nez en plein milieu de sa prestation, qui a dû être momentanément interrompue. Il faut le rappeler, la scène principale se trouve au sommet d’un stationnement étagé… endroit idéal pour se faire foudroyer !

Afin d’éviter une catastrophe, les organisateurs nous ont fait descendre d’un étage pour attendre que l’orage passe. Constatant qu’elle ne pourrait probablement pas retourner sur scène, La Bronze décide de monter sur une petite table et de continuer son concert, sans micros ni amplis, simplement accompagné de son guitariste. On a ainsi eu droit à une version unique, quasi a capella, de Jeunesse féline et de Formidable (sa reprise de Stromae) ! Un court moment de pur bonheur.

Également victime de l’orage, la prestation de The Suns Assembly, qui recrée en direct une trame sonore pendant la projection du film muet Metropolis, a dû être annulé, au grand dam des nombreux festivaliers qui ne les avaient pas vus la veille, mais qui n’avaient entendu que de bons mots de leur prestation du vendredi, et qui avaient espoir de se reprendre samedi.

Quant au concert de The Cardboard Crowns, il a été déplacé au bar le Minotaure, qui peinait à contenir une foule si nombreuse. On le devine, l’ambiance à l’intérieur était électrisante !

Image un peu floue. On aperçoit les quatre membres de VioleTT Pi, dont le chanteur qui a une barbe touffue, sur la petite scène du Petit Chicago. Ils portent tous une robe. On aperçoit le public qui est collé à la scène.

Concert de fin de soirée de VioleTT Pi au Petit Chicago.

Puis, c’est vers le Petit Chicago que je me suis déplacé pour la suite des choses, afin d’y voir le concert fort attendu de VioleTT Pi. J’étais curieux de voir s’ils arriveraient à nous offrir une prestation aussi époustouflante que lors de leur dernier passage au FOÉ. Ils ne m’auront définitivement pas déçu, donnant comme à leur habitude un spectacle décapant, devant une foule totalement déjantée !

Bataille d’oreillers et souper spaghetti

Sans doute parce que de nombreux festivaliers avaient terminé la soirée un peu tard la veille, la foule de dimanche était beaucoup plus éparse et seuls les plus fidèles étaient au rendez-vous.

Le festival ayant soufflé cette année sa 9e bougie, il était intéressant de voir de nombreux enfants présents sur le site, sans doute les bambins des festivaliers ayant suivi le FOÉ depuis ses tous débuts ! Les organisateurs avaient d’ailleurs prévu le coup et en avaient profité pour organiser une bataille géante d’oreillers, ce qui a plu autant aux jeunes qu’à leurs parents.

J2xF devant son échantillonneur, micro à la main en train de chanter, casquette et écouteurs sur la tête, guitare au cou.

J2xF sur la scène de La Fabrique Culturelle au Festival de l'Outaouais Émergent.

C’est J2xF qui est monté le premier sur scène, et dont le rap électro acoustique a rapidement donné le ton à la journée. « Hey les enfants, buvez-vous votre lait ? C’est important de finir son lait » lance-t-il aux enfants accrochés à la clôture devant la scène, avant d’entamer sa pièce Fini ton lait. Puis il leur lance des CD en leur soulignant de « demandez à vos parents avant d’écouter ça, c’est peut-être pas des paroles pour les enfants ».

Avec sa musique dansante, doublée d’une prestation qui bouge et d’interventions teintées d’humour, J2xF a définitivement su séduire son public !

Alex Silas chante sur le bord de la scène, un bras en l’air pointant vers le ciel. À ses côtés, le bassiste et le guitariste. Derrière lui, le batteur et J2xF qui est l’échantillonneur.

Alex Silas & The Subterraneans sur la scène de La Fabrique Culturelle au Festival de l'Outaouais Émergent.

La journée s’est poursuivie avec la prestation d’Alex Silas & The Subterraneans, qui présente un intéressant mélange de rock, d’électro et de rap. Accompagné sur scène par J2xF aux échantillonnages, les deux artistes d’adoption ottavienne ont fait un clin d’œil à leur Acadie natale en reprenant entre autres du Lisa Leblanc, qu’ils transforment allègrement. Le résultat étant plus que convaincant.

La Famille Ouellette sur la scène du Festival de l’Outaouais Émergent avec le chanteur en avant plan, debout, qui tiens son micro à deux mains, en arrière-plan, les deux guitaristes.

La Famille Ouellette sur la scène de La Fabrique Culturelle du Festival de l'Outaouais Émergent.

Le volet musical du festival se terminait avec la prestation fort attendue de La Famille Ouellette, grands gagnants des Francouvertes 2016. Fidèles à leurs habitudes, ils sont arrivés sur place avec une surprise culinaire pour le public : de bons carrés de Rice Krispies cuisiné avec maman Ouellette.

Un sac de papier rouge avec une étiquette indiquant qu’un café au riz croquant se trouve à l’intérieur. Sur l’étiquette, on y voit un dessin de maman Ouellette avec un tablier rouge.

Les carrés Rice Krispies de maman Ouellette, cadeau de La Famille Ouellette au public du Festival de l’Outaouais Émergent.

JS Ouellette (claviers) a ensuite « volé » la trottinette d’un enfant, qui n’a pas du tout semblé impressionné, avant que la foule ne redémarre la bataille géante d’oreillers en plein milieu du concert. Au cours des nombreux concerts auxquels j’ai assisté pendant ma carrière, j’avais vu des mosh pit, des body surfers, des stages dive… mais jamais encore je n’avais vu une bataille d’oreillers ! Merci FOÉ !

Les frères de La Famille Ouellette, tous vêtus d’une veste rouge, servent du Spaghetti à deux de leurs admirateurs. En arrière-plan on voit les gratte-ciel du centre-ville de Gatineau.

Le souper spaghetti de La Famille Ouellette pour conclure le Festival de l'Outaouais Émergent.

La Famille Ouellette nous a ensuite invités à son souper spaghetti dans le biergarten adjacent à la scène. La soirée s’est donc terminée en une grande tablée, servie par les « frères » Ouellette, qui ont poussé d’un cran leur définition de musique pop-culinaire !

Le retour aux sources que le FOÉ nous a concocté pour sa 9e édition fut couronné de succès. On a maintenant très hâte de voir ce qu’ils nous préparent pour leur 10e anniversaire !