Hôtel Morphée

Depuis quelques années, la ville de Gatineau fait preuve d’audace dans son offre culturelle, en présentant un nombre grandissant d’artistes de la scène indie francophone. Cherchant à assurer un renouvellement de son auditoire en visant plus particulièrement les plus jeunes, la Ville innove encore une fois cette saison en proposant une série de concerts gratuits en collaboration avec le réseau Scène 14 25. Constatant que le prochain concert de cette série sera assuré par la formation Hôtel Morphée, je me suis dit que j’avais là une excellente occasion de prendre de leurs nouvelles et de m’informer quant à leurs nombreux projets. C’est donc avec enthousiasme que j’ai contacté Laurence Nerbonne, la chanteuse de la formation.

Depuis la sortie de leur maxi Novembre est mort, il y a deux ans, la formation a su capter l’attention de nombreux mélomanes. Il faut dire que la voix unique de Laurence et le mélange singulier de violons, violoncelles, et guitares, rendent le son de la formation plutôt unique. C’est donc avec impatience qu’on attend l’arrivée du premier album complet, disque dont la parution était originalement prévue il y a quelques mois déjà. « C’est prévu pour janvier, c’est maintenant pas mal officiel,» avance d’emblée Laurence. «L’enregistrement est fait, mais on est en discussion avec une maison de disque. On ne peut pas encore faire d’annonce officielle, mais ça s’en vient », nous dit-elle. Néanmoins, s’il est attendu depuis des lunes, il s’annonce fort prometteur, comme on a pu le constater avec le premier extrait Garde à vous sorti en juillet dernier.

Mais pourquoi tant de temps avant de sortir un premier album? « Un band ce n’est pas comme un auteur-compositeur-interprète, c’est une expérience beaucoup plus mythique,» affirme Laurence. «Travailler au sein d’un band, c’est un équilibre particulier, un peu comme un mariage, et l’on commence à trouver cet équilibre, à trouver notre son ».

Le violoniste Blaise Borboën-Léonard  et Laurence elle-même ont tous deux une formation en musique classique. La chanteuse soutient que, effectivement, ce background classique s’entendra bien entendu sur l’album, mais que ce sera plutôt par une approche indie-rock qu’ils ont tenu à faire évoluer le projet. Nerbonne le soutient : lorsqu’ils composent, ce qu’ils recherchent, c’est d’abord et avant tout faire des chansons fortes et émotives. Pour eux, les textes sont aussi importants que les compositions.

C’est Philippe Brault (le réalisateur derrière les albums de Pierre Lapointe, Random Receipe, etc.), qui réalisera l’album. « Ç’a été un coup de foudre avec Phil, le courant est passé naturellement » affirme Laurence, «il comprend d’où l’on vient et où on veut aller».

Le groupe donnera prochainement un concert en Outaouais, région qui a vu grandir deux de ses membres, soit Laurence et Stéphane. « C’est une fierté de jouer dans ma région d’origine,» affirme Laurence. Plus jeune elle allait régulièrement voir des concerts dans les bars du Vieux-Hull, ne pensant pas un jour montrer elle-même sur les planches de ces mêmes endroits.

Après les fêtes, la formation reprendra la route pour présenter son nouvel album. Il est donc fort à parier que vous aurez la chance de les voir débarquer dans votre coin de pays. Mais en attendant, si vous êtes dans le coin d’Ottawa-Gatineau, vous pourrez en profiter pour voir l’un de leurs derniers concerts avant la sortie de l’album et ainsi découvrir avant tout le monde leur nouveau matériel.
Si vous ne pouvez pas vous rendre en Outaouais, vous pouvez toujours vous rabattre sur leur excellent vidéoclip de la pièce Garde à vous.