Kelly Bado : inspiration et création

L’auteure-compositrice-interprète manitobaine Kelly Bado lancera son premier EP cet automne. Cette collection de six chansons contient des touches de différents styles musicaux, dont du R&B/soul, de la « musique du monde », de la pop, et du folk. Lors d'une belle soirée d’été, je me suis assise avec l'élégante Kelly dans sa cour arrière pour l'interroger au sujet de la création de son EP.

Photo de couverture : Kelly Bado. Crédit : Chris Emotion Photography.

Dernièrement, dans la scène musicale franco-manitobaine, on entend de plus en plus le nom de Kelly Bado. Cette artiste bien réfléchie, originaire de la Côte-d’Ivoire, a un grand talent musical, une passion et un message singuliers. Au mois de janvier, elle a été nommée « Manitobaine à surveiller en 2016 » par ICI Manitoba. Et en effet, cette année marque un tournant pour la carrière artistique de Kelly, surtout avec le lancement imminent de son premier EP.

Kelly Bado chante dans un micro

Kelly Bado au Winnipeg Jazz Festival. Crédit : Chris Emotion Photography.

Production et choix d'arrangements

Pour la production de son EP, Kelly a travaillé avec les musiciens manitobains chevronnés Norman Dugas et Daniel Roy. Le processus fût assez fluide, Norman et Daniel se connaissant déjà depuis longtemps et les trois étant sur la même page en terme d'idées.

« En entrant en studio, l’artiste a souvent déjà la vision, dans le sens qu’il a ses influences et une idée de ce qu’il espère obtenir. Norman et Daniel ont pu me guider puisqu’ils connaissent mieux les instruments. Par exemple, je joue la guitare mais je suis pas, comme, excellente guitariste. »

Certaines chansons ont exigé plus d’efforts que d’autres avant de trouver une direction.

« Il y avait des chansons où j’avais une idée claire. En fait de style, en fait d’instrumentation, j’avais déjà une bonne idée de ce que je voulais. Et pour d’autres chansons, la chanson-même laissait savoir où ça voulait aller. »

Par contre, pour la chanson J’y retournerai, ça a pris un peu plus d’essais. Kelly l’avait chantée en concert dans le passé, mais l’avait subséquemment mise de côté.

« C’est comme si je l’appréciais à ce temps mais n’avais pas réalisé son potentiel. Quand j’ai décidé de faire l’album, je fouillais dans mes chansons, je l’ai ressortie, puis c’était comme si je l’avais redécouverte. Je sais pas comment expliquer, mais il y avait un autre sens derrière finalement, puis du coup j’ai commencé à aimer la mélodie, la chanson. Puis j’ai dit, ça peut être une bonne chanson. »

Réalisant que c’était l’arrangement et non la chanson-même qui avait fait défaut dans le passé, Kelly a tâché de trouver un arrangement qui l’inspire davantage.

« Je l’ai remise sur la table. J’ai pensé à l’histoire que ça disait, et j’ai pensé à l’artiste qui m’inspire, Lokua Kanza. Je chante toujours ses chansons, qui sont souvent simples, parfois juste guitare-voix. J’ai pensé, il faut que cette chanson soit comme ça, il faut juste focuser sur les paroles et la guitare. Des fois ça marche, des fois ça marche pas, mais pour celle-ci on a fait juste guitare et voix jusqu’aux trois quarts de la chanson, et ça a marché. Et là, du coup, c’est devenu ma chanson favorite sur l’album. »

Écrire une chanson avec une autre personne

La chanson Si l’amour n’existait pas est le fruit de la première collaboration que Kelly a faite avec la parolière québécoise Lise Gaudreau.

Parlant franchement, Kelly confie que cette collaboration fût difficile. « Vu qu’on n'avait pas le même background, c’était comme si on se parlais chinois. Moi je parlais de ce que je ressentais, elle parlait des techniques. »

À un certain moment, elles ont failli abandonner. « Lise a dit, ‘respirons, recommençons.’ Donc je lui ai donné mes idées, elle a écrit avec ses techniques, et finalement, ça a marché. Moi, collaborer, je trouve que c’est venir au milieu. Chacun fait de son mieux. »

Gardez l’œil ouvert pour le vidéo-clip de Si l'amour n'existait pas; à venir bientôt !

Un choix de vie

Faire de son mieux est clairement quelque chose d'important pour cette artiste. En lui demandant ce qui l'a inspirée à poursuivre la musique comme carrière, Kelly m’a répondu qu’au fond, c’est parce que c’est la façon avec laquelle elle pense pouvoir faire une différence dans le monde.

« Auparavant, dans ma petite maison, dans mon travail, dans ce que je faisais, je voyais rien qui apportait une différence dans les choses qui se passaient. C’était comme si je n’avais pas de voix; j’avais l’impression que j’étais dans l’ombre, tu sais ? Puis je trouvais ça ennuyeux, parce que je voulais absolument faire une différence. »

Un sentiment auquel on peut tous s’identifier à un certain moment de notre vie, c’est sûr.

« Puis une chose que j’ai trouvé, c’est que je chantais bien. Alors j'ai commencé à écrire et j’ai commencé à développer ce talent. Je me suis dit, pourquoi ne pas utiliser la musique pour faire quelque chose ? »

Kelly Bado assise sur une chaise dans le noir. Photo en noir et blanc.

Kelly Bado dans l'ombre. Crédit : FANKS Photography.

L'amour, l'espoir, et l'équité sociale

Les thèmes récurrents dans sa musique sont ceux qui sont importants dans son propre esprit : l’amour, l’espoir, et l’équité sociale. Elle ajoute que :

«  J’ai eu beaucoup de difficultés dans ma vie, alors il y a toujours une touche de mélancolie dans ce que je chante parce que, dans mon regard, la vie est difficile parfois. Mais si on se laisse prendre par le côté négatif, on s’en sort pas. Alors je met toujours le côté espoir avec. Il faut toujours avoir espoir. »

Nous, on espère bien que la musique et le message de Kelly Bado iront loin. Une artiste à surveiller.