Laura Lefebvre : Perle rare

C’est à Sainte-Marie-de-Beauce, à l’ombre des arbres, que la folkeuse Laura Lefebvre écrit sa musique introspective, ses paroles qui émeuvent. On l’a sortie de sa bucolique campagne, de son refuge au Sud, le temps d’un café dans Saint-Jean-Baptiste.

Photo : Laura Lefebvre. Crédit : Dragos Chiriac.

19 janvier 2017. La voix de Laura Lefebvre atterrit sur Soundcloud avec une compo accrocheuse, poétique : Alcaline. Un texte mature, permettez-moi le commentaire de matante, pour une jeune femme de seulement 19 ans. Une chanson que cette perfectionniste autoproclamée a laissé macérer longtemps, épaulée par Patrick Sauvageau (aussi collaborateur de Gabrielle Shonk) et sa prof de français du Cégep, qui met joliment en valeur son large registre vocal.

Bien entourée, la musicienne a vu ses couplets et ses refrains bonifiés d’arrangements de dentelle, de haut calibre surtout. Une co-réalisation de Dragos Chiriac (on fait vite de reconnaître ses petites cordes) et de Pierre-Emmanuel Beaudoin, un complice de Keith Kouna qui cultive une passion pour les instruments de percussions pour le moins excentriques. « C’est la première fois que je voyais ça, c’est pour ça que je l’ai filmé [et publié sur ma page Facebook]. P-E a vraiment de bonnes idées. Un moment donné, on est allés dans un resto japonais, il a rapporté des baguettes chinoises en se disant que ça pourrait peut-être servir. Il a même une valise avec des jouets, des figurines de cochons sur lesquelles tu pèses et qui font du bruit. Il les travaille comme des percus. Pour la prochaine chanson, je lui ai déjà dit, je veux du cochon en plastique ! »

C’est Jessy Caron (de Men I Trust lui aussi) qui interprète les partitions de guitare et de basse. Le dernier membre d’un trio que Laura admire sincèrement, des musiciens d’expérience qui ont eu la délicatesse de ne pas altérer la vision artistique de leur cadette. De cette fille franchement douée qui, de toute façon, sait très bien où elle s’en va créativement parlant. « Tout le monde a amené sa couleur pour les arrangements. C’était plus comme un gros jam. Pour vrai, c’était vraiment le fun ! On a fait ça dans le studio de Dragos. […] Ils ont tous, comme, 30 ans et ils sont tous établis sur la scène de Québec. Moi j’arrive là à 19 ans. J’étais tellement gênée au premier meeting ! »

Laura Lefebvre (Crédit: Dragos Chiriac)

Laura Lefebvre - Crédit : Dragos Chiriac.

Issue d’une famille d’artistes, Laura a grandi auprès d’une sœur passionnée par le théâtre, d’un père claviériste, d’un grand frère guitariste. Elle reçoit sa première guitare (électrique s’il-vous-plait) à l’aube du primaire et se produit en public depuis qu’elle a 11 ans. « Ça c’était passé à la Polyvalente Benoît-Vachon de Sainte-Marie. La salle était pleine et j’avais eu un standing ovation. J’avais chanté Hallelujah de Cohen, t’sais le classique d’enfants. C’était trop cute. Moi, sur scène, je trippais, j’étais dans mon élément. Je me suis dit : "Ok. C’est ça que je veux faire dans la vie." »

Recrutée par l’agence Arté Boréal, regroupement de virtuoses de la trempe de Margaux Sauvé de Ghostly Kisses ou Liana Bureau, Laura Lefebvre vit un rêve éveillé. Elle participera sous peu au pendant OFF de la Bourse Rideau, grande foire du spectacle qui se tient à Québec chaque hiver. Une entrée par la grande porte, l’occasion de se faire voir par les employés des labels qui, s’enthousiasme-t-elle sans pudeur, l’ont déjà dans leur mire.

Le 13 février au Cercle en formule 5 à 7, en quadruple plateau avec Ego Death, Ghostly Kisses et Zagata.