Le FOÉ lance sa 10e et dernière édition

Au moment même où l’on dévoilait la programmation du 10e Festival de l’Outaouais Émergent, on nous annonçait sa mort imminente. Cet événement phare de l’Outaouais se tiendra pour une dernière fois, du 18 au 20 août, en plein cœur de Hull. Tour d’horizon sur une programmation à la fois osée et nostalgique.

Photo de couverture : Le Festival de l’Outaouais Émergent se déroulera du 18 au 20 août dans le Vieux-Hull.

C’est en disant fièrement « mission accomplie » que les Productions des Outaouais Motivés, l’équipe derrière le Festival de l’Outaouais Émergent (FOÉ), ont présenté la programmation de la 10e édition du FOÉ. Du même souffle, ils ont annoncé qu’il était temps pour eux de tourner la page sur ce festival et de trouver de nouvelles façons de mettre en valeur le centre-ville de Hull.

Portrait noir et blanc de Camille Poliquin, alias KROY, qui reste les bras sur une table.

Crédit : LePigeon.

Néanmoins, ce n’est pas parce qu’il s’agit du dernier FOÉ que les festivaliers seront en reste pour autant. Encore cette année, les organisateurs proposent une programmation osée et promettent de faire une place importante aux artisans locaux. En plus, ce sera gratuit !

Bien que l’art visuel soit mis de l’avant dans « le souk » de l’agora de la Maison du citoyen, il n’en demeure pas moins que l’aspect musical reste au centre du festival. D’ailleurs, la programmation dévoilée mercredi saura faire vibrer la fibre nostalgique des festivaliers en leur rappelant certaines des éditions précédentes.

Samedi, sur la scène extérieure

Le Festival de l’Outaouais Émergent change une fois de plus de lieu. Après nous avoir fait découvrir plusieurs coins et racoins du centre-ville de Hull, l’équipe propose une fois de plus de nous faire découvrir un endroit mal connu et souvent oublié. C’est ainsi que cette ultime édition se déroulera, du 18 au 20 août, au Parc Portage, plus communément connu comme « la grosse fontaine derrière la Maison du citoyen… tsé, là où ya la sculpture d’un cœur blanc. »

Lors de la soirée du samedi, on pourra y voir La Bronze, artiste originaire de l’Outaouais qui en sera à sa troisième présence au FOÉ. Elle promet de faire une rétrospective des 9 années du festival, en plus de « compléter » sa prestation de l’an dernier, qui avait dû être interrompu à la suite des menaces d’orages.

Montera ensuite sur scène We Are Wolves, également des habitués du FOÉ. Ils avaient laissé leur marque une première fois en 2010 lors d’une fin de soirée endiablée dans Le Troquet rempli à craquer. Ils sont de nouveau passés par le FOÉ en 2013, où ils ont cette fois offert une prestation sur la scène principale.

C’est KROY qui sera la dernière à monter sur la scène principale lors de cette soirée. Bien que ce soit une première visite officielle au FOÉ en tant que KROY, Camille Poliquin est une habituée du festival, puisqu’elle s’y est produite à deux reprises en tant que Milk & Bone, son duo avec Laurence Lafond-Beaulne.

Encore cette année le festival fera une place de choix aux artistes émergents, avec entre autres les prestations sur la scène principale du groupe « Psych-Garage-PlotteSurf » Vulvets, semi-finaliste aux Francouvertes 2017, ainsi que de Hamza Eli, finaliste de Cégep en spectacle en Outaouais.

Les fins de soirées dans les bars du Vieux-Hull

Le Festival de l’Outaouais Émergent ne serait pas complet sans les nombreuses prestations dans les bars du Vieux-Hull. Tout d’abord, jeudi soir, BEYRIES offrira une prestation gratuite sur la terrasse des 4 Jeudis, alors que la formation métal The Agonist, dont le guitariste Pascal "Paco" Jobin est originaire de l’Outaouais, sera au Minotaure (15 $).

Vendredi, le collectif de rock expérimental Standish Hall jouera derrière la maison du citoyen (gratuit) alors que Nomadic Massive et Mort Rose seront au Minotaure (15 $).

Après les concerts extérieurs du samedi, la soirée se poursuivra avec Qualité Motel au Minotaure (15 $ en prévente) et 37 Laval au Café bistro Le Troquet (gratuit).

Puis, comme le veut la tradition, le FOÉ se conclura dimanche avec la finale régionale de Slam Outaouais au Café bistro Le Troquet.

L'artiste La Bronze sur scène en perfo.

Crédit : Marie-Hélène Sarrazin

Pourquoi mettre fin à une si belle aventure

On se souviendra qu’au départ, l’objectif du FOÉ était de faire émerger non seulement les artistes locaux, mais également l’Outaouais de façon plus large, en injectant un vent de fraîcheur dans le centre-ville de Hull.

Dix ans plus tard, les instigateurs de l’événement disent avoir accompli leur mission et veulent maintenant mettre d’autres projets de l’avant, tout en recentrant leurs initiatives sur la participation citoyenne.

De plus, il ne faut pas se le cacher, l’organisation d’un tel événement est loin d’être évidente. Scott Simpson, directeur des communications du FOÉ, mentionnait d’ailleurs qu’il est rare de voir ce type d’événements durer aussi longtemps.

Au fil des ans, le marché a largement évolué, et il devenait de plus en plus difficile de poursuivre la mission du festival, sans le dénaturer pour autant.

« On ne voulait pas devenir un festival grand public, mais, si on voulait survivre, il fallait devenir quelque chose que le FOÉ n’était pas », m’explique Scott à propos de leur décision de mettre fin à l’aventure.

Pour continuer, ils devaient mettre de plus en plus d’énergie et le risque de disparaître demeurait bel et bien réel. Ils ont alors choisi de mettre un terme à l’événement, tout en gardant la tête haute et en organisant une dernière édition qui célébrerait tous les exploits accomplis au cours de la dernière décennie.

La programmation dévoilée mercredi laisse d’ailleurs présager d’une édition festive et à la hauteur de ce à quoi le public de l’Outaouais a été habitué au cours des 10 années qu’aura duré le FOÉ.

C’est donc un rendez-vous dans le centre-ville de Hull, du 18 au 20 août, pour cette dernière édition, qui s’annonce haute en couleur !