Les artistes francophones de l'Alberta dans le petit écran

Le phénomène est connu. Dans la dernière décennie, la production d’émissions musicales s’est multipliée. Les postes de télévision francophones au Canada ont adopté différents formats de concours ou de téléréalités. Toutefois, depuis un peu plus d’un an, la tendance se transforme. Il est maintenant plus fréquent de voir des artistes francophones hors-Québec dans le petit écran. Pour savoir comment cette démarche est perçue, j’en ai discuté avec trois artistes de l’Alberta qui ont participé à certaines de ces émissions.

Photo de couverture : Karimah en spectacle à La Voix.

1- Que pensez-vous de la multiplication des émissions musicales qui intègrent les artistes francophones de l'Ouest ?

Raphaël Freynet – Prise de son d’Ici Radio-Canada

« Comme artiste, je suis très enthousiaste de voir la production de nouvelles émissions, capsules et captations (de haute qualité !), qui mettent en vitrine la musique francophone. Depuis longtemps, Radio-Canada était un des seuls producteurs à le faire. Le manque de financement voulait dire moins d'émissions spéciales et de captations de spectacles que le diffuseur public ne le faisait auparavant. Ces nouvelles émissions viennent donc certainement combler un vide. De plus, en tant que consommateur de musique, je trouve ça génial de pouvoir avoir le pouls de ce qui se fait en musique francophone actuellement partout au Canada. »

L'artiste Raphaël Freynet est concentré. Il regarde dans la même direction que la femme assise à côté de lui. Les deux composent une chanson.

Photo tirée du documentaire New Voices - A Song Project by Nina Artists

Sympa César – Planète BRBR de TFO et Prise de son d’Ici Radio-Canada

« Je pense que c'est super qu'on commence à intégrer les artistes francophones de l'Ouest canadien. Ça donne surtout de la visibilité aux artistes émergents, ainsi qu’à la relève musicale de l'Ouest. Ça nous donne une chance super spéciale de, non seulement, rencontrer du monde de partout, mais aussi de pouvoir visiter les quatre coins du pays. Dans le cadre de l'émission Prise de son je suis allé à Charlottetown à l'Île-du-Prince-Édouard. Ça a été pour moi l'endroit le plus incroyable où je suis allé jusqu’à maintenant. »

« C’est aussi l'occasion, selon moi, de sensibiliser les gens aux enjeux de la francophonie de l'Ouest. Bien qu'il y ait des similarités d'un océan à l'autre, il y a beaucoup de défis qui sont différents de ceux auxquels font face les francophones de l'Est. C'est aussi une super façon de montrer que, contrairement à la pensée populaire, on en a des communautés véritablement francophones ici, des écoles unilingues francophones, des festivals et des réseaux jeunesses francophones. C'est possible de vivre sa vie, ici dans l'Ouest canadien, en français et de pouvoir démontrer cela à travers ces émissions, c'est une chance incroyable ! »

Karimah – La Voix de TVA

« Je pense que c’est génial que les artistes francophones vivant à l’extérieur du Québec aient plus de chances d’être sous les projecteurs. J’espère qu’avec la multiplication des émissions, la qualité des performances augmentera dans toute la communauté artistique. Je souhaite également que la diversité des genres musicaux continue de faire son chemin dans le paysage des émissions musicales. »

Karimah est vêtue de noir et a la chevelure bleue. On la voit de profil chanter sur la scène de La Voix.

Karimah lors de sa prestation à l'émission La Voix qui attire chaque semaine des millions de téléspectateurs.

2- Est-ce que vous sentez vraiment que ça fait une différence ?

Raphaël Freynet

« Un des plus gros défis pour les artistes indépendants de la francophonie hors-Québec est de rejoindre leur public et de se faire découvrir. Et de l'autre côté, il n'est pas toujours facile pour les mélomanes de découvrir de nouveaux bands qui sont de moins en moins représentés par les grosses maisons de disque. Ces émissions offrent donc une belle opportunité de reconnecter le public canadien à ses artistes. »

Sympa César

« Je dirais que oui ça fait une différence d'une certaine manière. À cause de ces émissions-là, j'ai pu mettre mon nom à l'avant dans le monde de la musique francophone, ce qui m'amène d'autres opportunités d'agrandir mon répertoire et de développer ma carrière musicale. En tous cas, j'ai vraiment été choyé d'être entouré de bonnes personnes qui ont cru en moi et en ma musique. Ces gens m'ont présenté [aux] bonnes personnes et aux diffuseurs. »

Karimah

« Plus d’émissions comme celles-là, selon moi, ça veut dire plus de diversité des genres musicaux et, éventuellement, plus de place à la spécialisation. Plus il y a d’émissions diversifiées, plus il y a de choix pour les artistes et aussi pour le public parce que c’est la direction musicale qui choisit où elle veut aller.

« C’est fantastique que je puisse, par exemple, faire partie de spectacles et d’émissions R&B, hip-hop ou encore blues. Je peux aussi participer à des émissions où le directeur musical veut mélanger les styles. À ce moment-là, je peux atteindre un nouveau public et celui-ci a accès à un buffet de styles musicaux. »