Les nommés francos des Prix Juno 2017

Dans la foulée des célébrations du 150e anniversaire du Canada, Ottawa sera l’hôte des Prix Juno le 2 avril prochain. Heureux de voir débarquer cette prestigieuse cérémonie dans mon coin de pays, j’ai jeté un coup d’œil plus attentif qu’à l’habitude à l’événement, et plus particulièrement à la liste des nommés !

Photo de couverture : Laurence Nerbonne qui est l’une des cinq nominées pour l’album francophone de l’année aux Prix Juno 2017. Crédit photo : Mary Hell.

Je dois l’admettre, bien que les Prix Juno soient un incontournable de la scène musicale canadienne, je m’y intéresse habituellement peu. Pour moi, il s’agit d’une célébration qui récompense principalement les gros joueurs de l’industrie et qui fait peu de place aux francophones. En tant que passionné de musique franco-canadienne émergente, ce gala n’est généralement pas ma tasse de thé. On ne se le cachera pas, ce n’est pas l’événement par excellence pour célébrer la diversité artistique francophone.

Mais puisque l’événement est de passage dans ma ville, j’ai décidé de m’y attarder un peu plus qu’à l’habitude, et j’ai été agréablement surpris de découvrir la (trop courte) liste des nominés dans la catégorie album francophone de l’année.

Cinq nominés

Il n’y a que cinq artistes francophones (je devrais plutôt écrire : dont l’œuvre est en français), mais je suis ravi de constater qu’ils sont issus de différents courants musicaux et que ce ne sont pas nécessairement des artistes signés sur les plus grandes maisons de disques du pays.

Tout d’abord, il y a Laurence Nerbonne, artiste électro-pop dont l’album XO est sorti en mars derniers et à qui ma collègue Élise Jetté a attribué 4,5 Bones. J’hésitais à lui accoler l’étiquette d’artiste de l’Outaouais, puisqu’elle est maintenant bien établie à Montréal, mais étant donné que l’équipe des Prix Juno la décrit comme une artiste de Gatineau, j’ai décidé de ne pas bouder mon plaisir, de prendre la balle au bond, et d’afficher ma fierté envers cette artiste originaire de mon coin de pays.

L’année 2016 a été faste pour Laurence Nerbonne qui a amplement tourné sur les différentes radios francophones et dont les médias se spécialisant dans la musique ont beaucoup parlé. Puis 2017 s’annonce tout aussi intéressante pour cette artiste qui a été choisie comme l’une des quatre Révélations Radio-Canada.

Koriass, un autre artiste dont on a beaucoup parlé cette année, se retrouve également parmi les nominés pour l’album francophone de l’année avec Love Suprême. Tout juste sorti de la tournée L’Osstidtour (avec Brown et Alaclair Ensemble), il est fort intéressant de constater que les Prix Juno lui font une place parmi les cinq nominés francos, alors que l’ADISQ n’a pas même daigné l’inclure (ni aucun autre rappeur d’ailleurs) dans l’une de ses principales catégories présentées lors du gala télédiffusé !

Changement de registre avec Ultramarr de Fred Fortin qui se retrouve également en nomination, et dont l’album a été fort apprécié par mon collègue Louis-Dominic Bertrand qui lui a attribué 4 Bones. Contrairement à Koriass, Fortin a eu droit aux principaux honneurs lors du gala de l’ADISQ 2016, en remportant le prix de l’auteur ou compositeur de l’année.

Cette première nomination en carrière pour un Prix Juno est une belle consécration pour cet artiste dont l’influence sur la scène francophone est indéniable.

C’est Karim Ouellet, pour son album Trente, et Yann Perreau, pour son album Le fantastique des astres, qui complètent cette courte liste. Et non, aucun artiste francophone hors Québec n’a réussi à se tailler une place dans la catégorie du meilleur album franco. Une belle occasion ratée pour un événement qui sera présenté à Ottawa, ville abritant l’une des plus grandes communautés francos de l’Ontario.

Quelques artistes d’Ottawa

Je note toutefois que quelques artistes originaires de la capitale ont réussi à se tailler une place parmi les nominés, dont Annihilator (album Metal/Hard Music de l’année), Belly (enregistrement rap de l’année et fan choice award), Daniel Taylor (album classique de l’année : performance vocale) et A Tribe Called Red (album électronique de l’année, vidéo de l’année pour R.E.D. ft. Yasiin Bey, Narcy & Black Bear et pour producteur de l’année). Ces derniers offriront également une performance sur scène lors du gala télévisé, aux côtés d’Alessia Cara, de Ruth B, et de The Strumbellas.

C’est donc un rendez-vous le 2 avril prochain pour connaître les gagnants !