QQDLM

S’il fallait choisir un groupe pour illustrer  la scène musicale de Gatineau, il faudrait sérieusement considérer le groupe Quoi qu’en diront les médias — QQDLM pour les intimes. Ils ont d’ailleurs donné le nom de “Gatineau” à une de leurs pièces de leur premier album… bien qu’il soit question d’en sortir!

Les sonorités folks et country font partie du paysage musical gatinois depuis déjà belle lurette, bien avant le retour en force de ces styles.  Pour être représentatif de la région, il en faut donc une dose minimale. Mais Gatineau, même si ce n’est pas Toronto ou Montréal, est quand même une grande ville. Pour être représentatif, il faut donc aussi un petit côté urbain. C’est ce à quoi parvient QQDLM, notamment par une touche électronique et planante qui est ajoutée à des guitares folk-country (et une voix blues)… Oui oui, vous avez bien lu: country, électro et planant, trois genres que parvient à réunir QQDLM.

QQDLM, donc, c’est l’union de trois gars qui ont – c’est l’évidence au premier coup d’œil (et d’oreille) - des influences et des styles différents. Mais c’est surtout trois gars qui ont une grande complicité, qui réussissent à tirer profit de ces influences et d’en faire ressortir un son tout à fait original.

tumblr_inline_mf7k8yQAl11rxa2df.jpg

QQDLM,  c’est d’abord l’union de Benoît Joanisse (voix et guitare acoustique) et de Daniel Ryan (guitare électrique) qui se sont rencontré dans le groupe Les Moindres, autre groupe gatinois faisant dans le country-rock sale et qui a roulé sa bosse pendant de nombreuses années. D’ailleurs, petite parenthèse pour les intéressés, le groupe Les Moindres existe encore, il vit cependant une « légère restructuration ».

Le projet QQDLM est né de la volonté de Benoît et Daniel de faire quelque chose de plus relax. C’est toutefois avec l’arrivée de Simon Labelle que le projet prend tout son sens. Simon, c’est le bidouilleur, c’est celui qui est derrière l’anachronisme qu’est un Mac partageant la scène avec des guitares country.

Avant d’être connu pour sa participation à QQDLM, celui-ci était surtout connu comme DJ pour les fau mardis, soirées électros de plus en plus populaires présentées au bar Le Petit Chicago. On avait aussi eu l’occasion de l’apercevoir lors de Piknik électroniques. Avec QQDLM, il transforme à peu près tous les sons que produisent Benoît et Daniel, sauf la voix. Et s’il aurait pu être facile de tomber dans une sursaturation électro qui aurait éjecté toute l’authenticité des compositions de Joanisse, la transformation demeure subtile, toute en nuance. Bref, même si l’originalité du groupe vient de sonorités électros, QQDLM demeure à la base un groupe folk-country.

tumblr_inline_mf7k9rgcBs1rxa2df.jpg

Mardi dernier, le groupe a lancé son premier album complet, Au chalet du sanglier. Le chalet du sanglier, c’est un chalet de Notre-Dame du Laus qui a servi de studio pour l’enregistrement de l’album. D’ailleurs, QQDLM propose deux versions de son album : l’une standard, l’autre en version continue, où l’on peut apprécier l’ambiance, les craquements de bois et autre bruits environnants du chalet. L’album se trouve sur le bandcamp du groupe…  À écouter!

Enfin, le nom, ça vient d’où? Les gars voulaient un nom qui aurait un impact, mais Kaïn était déjà pris, alors ils ont opté pour Quoi qu’en diront les médias! Nom qui, selon les linguistes consultés par le groupe, ne ferait d’ailleurs aucun sens. En plus d’inventer le country électro, QQDLM a donc aussi inventé le futur du subjonctif!

Mais vraiment, que disent les médias? Disons que pour un groupe de Gatineau qui vient de sortir son premier album, la réaction est très très bonne. Parions que les médias n’ont pas fini d’en parler.