Rainbow Submarine : un beau grand bateau

Mis à l’eau il y a à peine six mois, le Rainbow Submarine accueille moult matelots sur les berges du Bas-St-Laurent. Des artistes d’un peu partout au Canada qui viennent étancher la soif de musique des Loupérivois.

De gauche à droite sur la photo de couverture : Maxime Varenne, Bass Baobarbe, Mathieu Moon avec leurs chats Chalet et Hublot (Crédit : La Petite Ourse).

Montréal, New York, Berlin et même Québec, avec le Pantoum, jouissent de ce genre d’endroits. Des lieux de partages inclassables, hors normes surtout, pensés pour partager la création pure dans un esprit communautaire. Rivière-du-Loup, une petite bourgade de moins de 20 000 âmes, a maintenant la sienne : le Rainbow Submarine.

Ce centre de diffusion à l’adresse est en fait l’appartement de ses trois capitaines : Maxime Varenne (originaire de La Réunion), Mathieu Moon et Bass Baobarbe. Natifs de RDL, diplômés du programme de musique du Cégep de Rimouski, ces deux gars-là auraient pu décider de quitter la ville qui les a vu grandir et déménager à Montréal. Plutôt que de faire comme (presque) tout le monde, ils ont choisi de s’impliquer dans leur région, de la façonner à leur image.

Cette idée de diffuser une musique jeune, actuelle, n’avait encore été poussée par personne dans leur coin de pays. « Il n’y avait pas de scène pour tous ces artistes-là, explique Mathieu. Nous-mêmes, en tant que musiciens, on trouvait ça super important de faire venir des chums. Depuis un bout, c’est sûr que ça a dépassé cette idée-là parce qu’on invite aussi du monde qu’on connait pas personnellement mais dont on respecte vraiment les projets ! Eux, ils avaient du mal à se trouver des gigs à Rivière-du-Loup et les gens d’ici n’avaient rien à se mettre sous la dent en termes de musique nouvelle. On a comme créé un espèce de temple pour [répondre à cette demande-là]. » Bass enchaîne, dans la même veine. « C’était vraiment nécessaire pour la culture à Rivière-du-Loup qu’on amène quelque chose comme ça. »

Joey Robin Haché lors de son "Show de cuisine" (Crédit : Maxime Varenne)

Joey Robin Haché, folkeur “franco-chiaco-joual” souvent couvert par BRBR, est de ceux qui ont répondu positivement à l’invitation. « Ils nous a dit que c’est dans les meilleurs shows de sa vie, se rappelle Bass. Il y a vraiment un lien qui se tisse [avec le public] parce qu’on a un long pré-show. Les portes ouvrent à 19h, l’artiste boit sa bière sur le divan et le monde vient lui parler. Tu verrais pas ça dans une autre salle. »

Leurs “Show de cuisine”, c’est comme ça qu’ils appellent la série, se font carrément dans leur maison. Un salon qui peut accueillir 70 « personnes qui s’aiment » - parce que vous aurez deviné qu’elles sont sardinées un brin. Des concerts intimes à souhait et enregistrés pour ensuite être partagés sur le compte Bandcamp du Rainbow.

Même si Mathieu et Bass ont leur propre groupe (Divanlit), ils tiennent mordicus s’effacer, mettre leurs copains sous le feu des projecteurs.« De toute façon, on est assez connus à Rivière-du-Loup. On n’a pas besoin de s’autoplugger ! Nous, là, notre but c’est de faire ça à contribution volontaire. On garde rien, on donne tout à l’artiste. On l’héberge, on lui fait une bouffe. Nous autres, ça nous coûte rien de tasser quelques divans et de passer le balai le lendemain. »

L’adresse est gardée secrète, mais les habitants du centre-ville sauront vous guider. Les lumières multicolores aussi...

Prochain spectacle : 22 juillet, Prince Mychkine.