Un 3e album plus en douceur pour Mehdi Cayenne

À peine deux ans après la sortie de Na Na Boo Boo, Mehdi Cayenne revient à la charge avec un troisième album, Aube, qui sortira le 4 novembre prochain. Tout en étant plus en douceur et moins abrasif que les deux précédents, l’opus se veut néanmoins en continuité avec ceux-ci. Le double lancement aura lieu mercredi au Mercury Lounge d’Ottawa, puis vendredi à Montréal à la Place des arts.

Crédit photo de couverture : Mehdi Cayenne. Crédit : Jay Leblanc

Photo légèrement déformée de Mehdi Cayenne songeur

Pochette de l'album Aube de Mehdi Cayenne

La dernière année a été plutôt prolifique pour Mehdi Cayenne, qui a remporté de nombreux honneurs dont trois Trille Or et quatre prix au Festival en chanson de Petite-Vallée, en plus de faire un passage remarqué à l’émission Belle et Bum à Télé-Québec. Puis, son année se terminera en beauté avec la sortie d’Aube, son troisième long jeu.

La pochette du nouvel album en main, la première chose qui me saute aux yeux, c’est qu’il a raccourci son nom ! Mais qu’est il donc advenu des membres du Mehdi Cayenne Club ? Ferait-il maintenant cavalier seul ?

« Non non, c’est toujours la même équipe, toujours la même gang » me rassure-t-il. Mais c’était plus simple à la longue. Quand je fais des shows solos, c’était bizarre de me faire appeler Mehdi Cayenne Club ! Puis là… Mehdi Hamdad du Mehdi Cayenne Club, on s’en sacre, on a compris que c’est Mehdi ! »

Alors voilà l’explication, mais surtout, me voilà rassuré, Mehdi est toujours accompagné de son Cayenne Club !

Le Cayenne Club en question, ce sont ses fidèles acolytes François Gravel aux claviers et Olivier Fairfield (Timber Timbre, Fet. Nat) à la batterie. Puis en concerts, c’est Olivier Bernatchez (Le Havre) qui prend la relève derrière la batterie.

Mehdi Cayenne rigolant cache légèrement son visage avec sa main, photo en noir et blanc.

Mehdi Cayenne / Crédit photo : FLYNN

De la scène à l’album

Quiconque a déjà vu Mehdi Cayenne en action sait à quel point il est débordant d’énergie et d’une générosité sans limites. On sent sa passion pour la scène et son aise devant le public.

Mais qu’en est-il lorsque vient le temps d’endisquer ses compositions ? Est-il possible de capter cette énergie et de la transmettre sur un enregistrement ?

« Excellente question » me lance Mehdi avant d’ajouter que ce n’est pas le même mandat que de jouer sur scène ou sur un album. Rendre la toune comme elle doit être rendue en studio c’est une chose et rendre la toune comme elle doit être rendue en spectacle, c’est une autre affaire; c’est une expertise très différente. »

Selon lui, il y a une tension qui est nécessaire dans un concert, ce qui nécessite de changer les versions, ou du moins la manière de chanter et d’aborder les pièces. Alors que sur un album, il y a une espèce de douceur qui ne serait pas nécessairement souhaitable dans un show.

L’inspiration

Aube se veut un album beaucoup plus en douceur, moins abrasif et moins sombre que le précédent, Na Na Boo Boo. Mehdi avoue même que ses nouvelles compositions, « c’est un peu des tounes d’amour ! »

Une autre grande différence se trouve au niveau des textes. « [Sur Aube], tous les textes des tounes se recoupent l’un l’autre. Il y a vraiment une sensation d’un personnage, d’une histoire qui se continue. » Et ça, c’est nouveau pour Mehdi qui admet qu’auparavant il n’avait jamais été très bon pour raconter une histoire avec un début, un milieu et une fin.

C’est en allant voir une exposition à New York que l’inspiration lui est venue. « J’avais vu des sculptures de Rodin puis des peintures de Van Gogh et il y avait quelque chose dans le classicisme de la chose qui m’avait vraiment frappé. Comme une espèce d’hymne religieux, des lignes mélodiques très claires, des propos très directs. »

Puis il a composé le tout d’un seul coup, sans l’étaler dans le temps. En revanche, les pièces ont beaucoup été rodées avant qu’il ne les mette sur disque, de sorte que plusieurs versions de chacune d’entre elles ont existé.

« Pour chaque toune sur l’album, je pense à Minuit arrive, je pense à Rivière, j’ai fait des démos, on a fait des enregistrements en show, on a fait encore des enregistrements de démo, de pré-prod, on a fait des affaires en studio qu’on a scrappé… Il y a donc eu plusieurs versions pour aboutir à cette version-là [sur l’album]. »

Malgré tout, il refuse d’affirmer qu’il s’agisse d’une version finale, car il continue sans cesse de faire évoluer ses pièces. « Il n’y a jamais une version finale. C’est juste qu’un moment donné tu assumes ton choix final. »

De la sorte, d’un concert à l’autre, les versions diffèrent et évoluent, ce qui fait de lui un artiste dont l’œuvre demeure en constant mouvement.

Mehdi Cayenne jouant de la guitare assis par terre dans une ruelle.

Mehdi Cayenne / Crédit photo : Jay Leblanc

Le lancement

Le lancement d’Aube se déroulera en deux étapes. Tout d’abord en format 5 à 7 le mercredi 4 novembre au Mercury Lounge d’Ottawa, puis en format concert complet le vendredi 6 novembre à Montréal, à la Place des Arts.

L’idée de faire un lancement gratuit au Mercury Lounge allait de soi selon Mehdi, puisque c’est à ce même endroit qu’il avait lancé Luminata, son premier album, en plus d’y avoir fait du slam au milieu des années 2000. Il s’agit donc en quelque sorte « d’un retour à la maison » !

Une prestation d’environ 25 à 30 minutes est également au menu, pendant laquelle il compte bien interpréter une majorité de ses nouvelles pièces. « Il y aura même des drinks au thème du Cayenne Club, faque watch out ! », lance-t-il d'un air ravi !

Puis, à la Place des arts, il s’agira d’un concert-lancement de format plus traditionnel. « C’est dans le cadre des Coups de cœur francophone, puis des Week-Ends de la chanson Québecor. Donc là on va faire un vrai spectacle, 20 piastres à la porte, puis ça va être ben ben cool ! »

Et pour la suite des choses, sachez qu’il revient tout juste de France où il a signé avec une agence de spectacle, un label et une équipe de relations de presse ! La prochaine année s’annonce donc toute aussi prolifique que la dernière pour Mehdi Cayenne!