Artistes Variés – Nowadays Vol. 7 (Montreal Tape)

Constamment à la recherche de nouveaux talents et de nouveaux sons, l'étiquette française Nowadays Records met le cap sur Montréal avec une septième compilation qui tâte habilement le pouls de la scène électronique et hip-hop de la métropole.

Fondée en 2010 par Ugo De Angelis (aka Oogo) et Vincent Leibovitz (aka Chomsky), Nowadays est née d'une « volonté d'indépendance face au reste de l'industrie musicale ». Membres du groupe La Fine Équipe, les deux fondateurs ont dévoilé leur nouveau projet en publiant les compilations électro La Boulangerie, qui ont connu un certain succès sur la toile à partir de 2011.

Le trio La Fine Équipe assis sur un sofa au couleurs rouge bariolé qui matche la tapisserie de la pièce.

La Fine Équipe. Crédit : Cox - Lucie Rimey Meille.

Revigoré par la signature de l'éminent Fakear, qui s'est concrétisée en 2013 avec la sortie du EP Morning In Japan, le duo a augmenté la cadence en termes de parution au courant des trois années suivantes, signant  divers artistes prometteurs comme Le Vasco, Unno, Clément Bazin et Le Marquis.

Naturellement portée vers les expérimentations des pays anglo-saxons, autant celles de l'étiquette britannique Warp et du label australien Future Classic que des étiquettes américaines Soulection et HW&W, Nowadays a su tirer son épingle du jeu sur une scène parisienne encore favorable aux sonorités remâchées de la french touch.

Coups de cœur montréalais

C’est dans le but d'ouvrir encore plus ses horizons qu'une partie de son équipe s'est rendue à Montréal à deux reprises à l'été 2016. Invités à prendre part au festival MEG et à l'événement The French Beat au Belmont, les représentants du label ont découvert une scène musicale aussi riche qu’insoupçonnée. Se liant d'amitié avec plusieurs artistes de la ville, ils ont voulu consacrer une compilation complète à leurs principaux coups de cœur.

Entre pop, hip-hop, électro, house et R&B, Nowadays Vol. 7 (Montreal Tape) réussit haut la main son objectif premier, soit de mettre en lumière la diversité et le talent montréalais. Mieux encore, la sélection permet de synthétiser l'esprit d'une certaine scène underground montréalaise, de la même manière que les compilations Piu piu beat tape l'avaient fait quelques années plus tôt.

D'emblée, l'étiquette s'assure de viser dans le mille en incluant trois énormes succès rap des derniers mois : l'inégalable hymne bas-canadien Ça que c'tait (d’Alaclair Ensemble), le chef d'œuvre Explosif (de Dead Obies) et la puissante bombe California (de Toast Dawg avec KNLO et Snail Kid). Si l'on regrette que ces artistes phares du hip-hop québécois n'aient pas pris le temps d'enregistrer une nouvelle pièce pour l'occasion, on les comprend d'avoir voulu jouer de prudence en montrant le meilleur d’eux-mêmes au public français.

Autrement, plusieurs producteurs font honneur à leur ville. C'est le cas du prometteur trio Planet Giza sur Fly Away, une collaboration aux contours électro et dancehall avec Lou Phelps. Plus loin, les beatmakers Charles Cozy et Fruits livrent une habile déconstruction trap glitch avec Barra, alors que la révélation jamvvis arpente une esthétique rude aux rythmes saturés sur la jazzy Memories. Grand fan du son lourd de Memphis, DeusGod adoucit sa proposition habituelle avec une mélodie soul sur la répétitive Came Fo The Current.

Unifier le son de la ville

Dans un style plus accessible, Robert Robert s’allie au claviériste et arrangeur Niels du trio français Le Vasco pour Let Her Go, pièce pop minimaliste à la basse enveloppante qui bénéficie de la voix de la chanteuse américo-canadienne Lia. Langoureuse, la suivante Anything montre un Frame au sommet de sa forme. Grâce à la voix accrocheuse de Lea Keeley, qui a du soul à revendre, le Montréalais prouve qu’il maîtrise les codes de la pop.

Sur Next Level, le Parisien d’origine Matou se joint au chanteur montréalais Tom Lemann. Tout au long de la chanson, l’influence de Jacques Greene se fait vivement ressentir dans le mélange de house et de PBR&B. Juste après, l’inséparable duo Ryan Playground/Thomas White expose lui aussi son amour du R&B, mais d’une façon largement différente, quelque part entre l’ultra kitsch et le très ingénieux.

De plus en plus en contrôle de sa signature organique, le trio de musiciens Ragers surprend avec Pressure, pièce qui part en lion avec ses relents dubstep pour relâcher subitement la pression lors d'une finale aux références downtempo. Le méconnu Jean-Michel Lapointe évite aussi les formules convenues avec Acid Test, brûlot house aux clins d'œil acid qui pique la curiosité grâce à sa forme épurée et sa trame évolutive.

Plus conventionnelle, Static nage dans un courant purement house, sur lequel navigue avec aisance le jeune prodige Tibe. Enfin, sur la conclusion In Ur Eyes, Thomas White fait preuve d'une approche minutieuse et aventureuse, en développant un ambitieux son hip-hop expérimental  à saveur dancehall/tropical.

En donnant ainsi une tribune à quelques-uns de nos producteurs les plus en vue, Nowadays contribue d'une façon honorable à l'unification de plusieurs scènes musicales de Montréal qui, malgré la sympathie qu'elles ont les unes pour les autres, n'ont pas l'occasion de se côtoyer si régulièrement.