Canailles - Backflips

La formation Canailles saute partout, se lance dans les murs et fait même des Backflips pour la sortie de son troisième album qui voit le jour chez Grosse Boîte cette semaine. Une succession de onze pièces qui appellent autant au party de cuisine qu’au road trip.

Réalisé par Tonio Morin-VargasBackflips a été entièrement enregistré au Breakglass Studios, à la bonne franquette, tout le monde en même temps et sans écouteurs. En plus de tous chanter à un moment ou un autre, Daphné Brissette, Olivier Bélisle, Annie Carpentier, Étienne Côté, Erik Evans, Benjamin Proulx-Mathers, Antoine Tardif et Alice Tougas St-Jak se partagent les tambourine, ukulélé, banjo, contrebasse, planche à laver et autres items à bruits. Puis Anna Frances Meyer (Les Deuxluxes) ajoute sa voix aux chœurs alors que son acolyte Étienne Barry (Les Deuxluxes) se donne au piano et que Mélisande Archambault (Royal Pickles) prête son violon à l’ensemble.

La belle nonchalance

C’est sur une grosse date qu’on amorce l’album avec Rendez-vous-galant, pièce qui place déjà les bornes du folk d’inspiration punk : énergique, invitant à la fête et à l’excès. Côté thématique, on nous propulse aussitôt dans une quête ultime d’hédonisme, de laisser-aller et de zénitude par rapport aux événements : « On est perdus pis on aime ça pis demain c’est pas important. » Le beau rendez-vous nous amène même à voir une jolie vieille dame tirer du gun sur des mascottes, mais rassurez-vous, on découvre à la fin que ce n’était qu’un rêve !

Dès la deuxième chanson, on peut d’emblée virer festif avec Margarita, morceau interprété de concert par les voix féminine et masculine. « On n'est pas à plaindre », nous dit-on après une énumération d’éléments d’un mode de vie peu sain, rocambolesque et certes, très acrobatique, avant de nous dire « des fois on s’ennuie du patate, steak, blé d’Inde. » Plus simple, mais sûrement réconfortant.

La chanson-titre de l’album suit. Une pièce aux accents blues, teintée d’une profonde langueur et de l’envie de péter des objets en toutes circonstances.

Un peu plus loin, Jachère nous transporte dans l’énergie rentre-dedans propre au groupe. Un brin grivoise, la chanson collée aux manières bluegrass permet de faire décoller de leur chaise ceux qui seraient encore assis.

Uniques et fous

Gna Gna suit avec non seulement le meilleur titre depuis Hu-hum d’Avec pas d’casque, mais avec aussi toute la fougue qui vient avec cette onomatopée.

Juste avant la fin, on est ben fatigués d’avoir autant grouillé durant toute la durée de l’album. C’est pourquoi on pourra entendre Chu brûlé, une pièce qui en dit long sur notre état après une soirée (de débauche assurée) dans un show de Canailles.

Genoux vient clore l’album sur une touche rétro avec des sonorités très MichelLouvainesque. La dame en bleu peut aller se rhabiller.

Plus qu’un habile regroupement d’instants joviaux, Backflips réussit à faire l’apologie d’un mode de vie où le laisser-aller s’impose en roi. C’est une série d’hymnes au bien-être simple enveloppée dans un son niché qui incite aux plus beaux festoiements.

Date de sortie : 28 avril 2017.