La brigade des mœurs – La brigade des mœurs

Formée des deux rappeurs montréalais Maître J et Jeune Chilly Chill, La brigade des mœurs propose un premier EP homonyme brut et sans compromis, qui repose sur une production hip-hop old school simple mais inspirée.

Photo de couverture : pochette de l'EP La brigade des mœurs.

Actifs sur la scène hip-hop montréalaise depuis une quinzaine d’années, les deux complices se sont rencontrés à l’adolescence, plus précisément lors d’un party en secondaire 3 durant lequel Jérémie McEwen (alias Maitre J) avait été passablement impressionné par Xavier Constant (alias Jeune Chilly Chill) et sa connaissance exhaustive des paroles du classique Black Sunday de Cypress Hill.

Désirant pousser plus loin ses aptitudes au micro, Chilly Chill a par la suite joint ses forces au producteur et compositeur Raphaël Proulx-Langlois, avec qui il a créé NulSiDécouvert en 2003. De plus en plus actif dans le projet, Maître J a participé à l’élaboration d’un démo homonyme du duo, avant d’intégrer officiellement la formation sur Yé où le hip hop? Recevant un accueil notable dans les radios communautaires et universitaires, ce premier album s’était retrouvé en lice pour le meilleur album rap de l’année à la toute première édition du GAMIQ en 2006.

Les deux rappeurs posent debout dans une pièce au plafond bas et sont habillés de la même manière : pantalons noirs, chemise blanche et cravate noire.

Jeune Chilly Chill et Maître J - Crédit : Nadine Gomez.

Forts de ce succès modeste, Chill et J ont ensuite mis de l’avant leurs projets respectifs. Alors que le premier a trouvé son second souffle en tirant son épingle du jeu aux Word Up! Battles, le deuxième a fait paraître quelques EPs, en solo et en duo avec le producteur Maxime Robin. Revigorés, ils ont repris le flambeau NSD en 2011, le temps du deuxième effort (et dernier à ce jour) Pour emporter.

Écriture automatique

Bref, La brigade des mœurs marque un retour en force pour le tandem, qui n'avait pas proposé de parution officielle en six ans. Renouant avec le plaisir initial qu'ils avaient à rapper côte à côte sans trop se poser de questions, les deux acolytes reviennent aux sources du hip-hop en misant sur des textes spontanés, qu’ils livrent avec complicité sur des rythmiques percutantes à la Run-DMC et Beastie Boys.

On ressent d’ailleurs ces influences de façon très marquée sur l’entrée en matière Ça fait un bout d’temps. Maîtrisant les codes de la vieille école, J et Chilly Chill se présentent en épelant leurs noms respectifs et se relancent avec vigueur, tout en accumulant les références populaires avec une bonne dose d’humour.

Aux commandes de toutes les compositions, Chilly Chill livre ici une production très simple et épurée, qui laisse toute la place au dynamisme des deux rappeurs. Même s’ils possèdent toujours des habiletés assez limitées au micro, ces derniers se tirent bien d’affaire en mettant à profit leur camaraderie.

C’est tout particulièrement ce qui se déroule sur Ciel étoilé, un délire d’écriture automatique qui fait l’éloge de l’astrologie. Multipliant les jeux de mots absurdes sur les signes du zodiaque, les rappeurs compensent le manque de raffinement de leurs textes par une livraison enthousiaste.

Rock et punk

La guitare hurlante et emblématique de Joan Jett est ensuite échantillonnée avec agilité sur C’est quoi?, efficace pièce rock rap qui donne le ton pour la décapante Pénis, une intense tergiversation punk sur laquelle les rappeurs semblent considérablement à l’aise. Très courte, la pièce ouvre des horizons fructueux au duo.

Enfin, les collègues mettent le paquet pour le clou du spectacle. Plus étoffée musicalement que les quatre autres, l'excellente chanson homonyme vise dans le mille à tous les niveaux. Abordant son sujet de prédilection, la philosophie, Maître J entremêle des réflexions aussi absurdes que significatives (il en vient notamment à la conclusion qu'il est une table) aux référents culturels improbables de Jeune Chilly Chill, qui réussit un tour de force en faisant un parallèle (douteux) entre Élyse Marquis et Jari Kurri.

Avec son premier projet, La brigade des mœurs défriche donc un terrain musical fertile.

Spectacle lancement le 9 mars (ce soir) à 17h30 au Quai des brumes à Montréal.