Pabst Is An Astronaut - 4

Fort d’un bagage musical plutôt hétéroclite, passant du classique au métal, Pabst Is An Astronaut se démarque habilement de ses compères producteurs hip-hop québécois sur 4, un premier EP aux structures et arrangements complexes, parfois alambiqués, mais somme toute aboutis.

Longueillois d’origine, Pablo Couturier (de son vrai nom) a été attiré par la musique classique au début de l’adolescence, joignant les rangs d’un orchestre à corde à l’école Monseigneur-A.M.-Parent, en 2011. Se voyant plus comme chef d’orchestre que comme simple musicien, il s’est ensuite attelé à composer et interpréter ses propres chansons.

Guitariste et chanteur au sein du groupe métal alternatif Kreise, formé au début de la décennie actuelle, l’artiste s’est procuré une carte de son afin de prendre en charge l’enregistrement des démos de la formation. Avec celle-ci, venait une version bas de gamme du logiciel Ableton sur laquelle il a fait ses premiers pas en tant que producteur, notamment grâce au soutien et au savoir de son acolyte C V P X L V.

Le producteur Pabst Is An Astronaut sur la scène en performance, guitare électrique dans les bras devant une microphone.

Crédit : Xavier Bosse

Retenant l’attention du rappeur Yung-Judah avec ses créations musicales, le jeune beatmaker s’est muni d’un ordinateur portable et de la version complète du logiciel, puis a formé le groupe Clouds Level en 2016. En marge de la composition des chansons de ce dernier, il a exploré différentes avenues en solo.

Monde aquatique

Créé dans le confort de chez lui à Saint-Hubert durant une «une période d’isolement social, de remises en question et de tétrahydrocannabinol abondant», 4 s’ancre dans un monde aquatique, là où les structures post-rock s’imbriquent dans les codes du hip-hop.

D’abord, Underwater Bitch dévoile un riche agencement de sons, magnifié par le puissant saxophone de Hugo Leclerc, musicien qui a déjà fait sa marque avec le groupe jazz métal Cenograph. L’univers de Pabst Is An Astronaut prend ici racine : on flotte sur un courant placide qui, peu à peu, sous-tend une marée plus agitée, quelque peu inquiétante.

C’est d’ailleurs ce qui se passe sur Wave of Peace. Après un début léger marqué par un discours philosophique de Bruce Lee, la pièce laisse émerger une ambiance incertaine au rythme caverneux.

Exemple probant de ses habiletés, Melancholy Bells s’amorce sur une citation marquante de Franky Booth, intraitable personnage joué par Denis Hopper dans Blue Velvet, puis révèle une atmosphère mélancolique aux références sonores ecclésiastiques. Loin de détonner, le résultat de cette surprenante exploration s’avère convaincant.

Loin de la redondance

Dans un style trap vaporeux, Bliss montre aussi la créativité du jeune producteur. Loin de s’en remettre aux charpentes redondantes qui définissent souvent le hip-hop instrumental, il s’attèle à créer des progressions mélodiques inspirées, sans doute héritées de son passé de musicien métal et classique.

Sur Nenuphars, Pabst s’allie au guitariste Samy Ouzzani-Chahdi (du projet métal grindcore Patent) pour une chanson aux influences soul et post-rock à l’esthétique brute, parfois cacophonique. Encore une fois, le Longueuillois emprunte certains éléments clés du trap au lieu de chercher à copier le style.

Après l’interlude quelque peu inutile Soul Swag, le producteur rend  hommage aux Simpson sur Lisa the Vegetarian. Si les différents extraits de l’émission font sourire, leur intégration sur le rythme semble parfois forcée. D’ailleurs, l’ensemble de la pièce peine à soulever l’intérêt et à trouver son point de mire, malgré quelques arrangements inventifs.

Heureusement, Paralel Is Balance termine le mini-album en beauté. Sorte de synthèse du projet, cette conclusion met de l’avant plusieurs éléments sonores déjà entendus, notamment la thématique aquatique, les cloches de Melancholy Bells et les influences trap.

Encore une fois, Pabst Is An Astronaut montre qu’il a de la créativité à revendre.