10 révélations hip-hop québécoises de 2016

Malgré le récent engouement pour le hip-hop local, les nouveaux visages qui réussissent à faire leur marque au-delà de l’underground sont peu nombreux. Le talent est toutefois au rendez-vous, et il suffit de creuser dans le trou noir de l’internet pour trouver un peu de lumière. Tous très différents dans leur approche, les 10 artistes suivants ont une chose en commun : ils ont tous fait paraître un premier projet (EP, mixtape ou album) en 2016. Tour d’horizon de ces révélations.

Photo de couverture : LaF. Crédit - Felipe Arriagada.

Jei Bandit

Quatre ans après s’être dévoilé timidement sous le nom de Jay R et deux ans après s’être allié avec le producteur VXNYL sur Metonia, le Lavallois Jei Bandit a enfin fait le saut en solo cette année, d’abord avec le prélude Lone et, plus récemment, avec l’impressionnant Bolt. À seulement 21 ans, le rappeur et producteur fait preuve d’une audace artistique singulière qui l’amène à expérimenter sans relâche.

Yen Dough

En janvier dernier, on l’avait inclus dans notre liste des artistes hip-hop à surveiller pour l’année qui s’en venait. Force est d’admettre que, sur ce coup, on ne s’était pas trompés. Extrêmement prolifique, le rappeur, chanteur et producteur de 18 ans a défriché avec adresse le terrain indie R&B québécois avec ses mini-albums Lawless et Dolphin, respectivement parus en février et juillet 2016.

LaF

Actif depuis 2014 sous le nom LaFamille MTL, ce groupe formé au Cégep Saint-Laurent a pris son destin en main cette année, en resserrant son noyau dur à six membres et en amorçant l’enregistrement d’un premier album. Œuvre conceptuelle à la signature musicale irréprochable, teintée de neo-soul et de jazz, Monsieur-Madame met de l’avant le talent et la complicité de six amis.

Enima

En termes de phénomène Youtube hip-hop québécois, personne n’est arrivé à la cheville d’Enima cette année. Multipliant les dizaines (et parfois les centaines) de milliers de vues sur chacun de ses clips, le Montréalais n’a malheureusement pas reçu l’attention médiatique qu’il méritait à l’échelle nationale, malgré la sortie de deux parutions de calibre (l’EP En attendant MMS vol. 1, sorti en juillet, et la saisissante mixtape MMS vol. 1, parue le mois dernier). Le reste de la francophonie est maintenant à sa portée.

Lost & White-B

Ayant déjà attiré l’attention de la scène rap montréalaise avec leurs vidéoclips respectifs l’an dernier, les rappeurs Lost & White-B (du groupe 5sang14) ont connu un succès honorable avec leur première mixtape En noir et blanc. Avec Enima, Izzy-S, Rwo, T.K et Jackboy, ils forment la crème de la relève street rap au Québec.

sans gluten

Albanais d’origine, sans gluten est passé par Toronto et Saint-Lambert avant de s’installer à Montréal, là ou il a développé son amour du jazz, du soul et du chillwave. C’est la combinaison de ces influences qu’il a mis de l’avant sur SOUL GLO, un premier EP accrocheur paru à la fin de l’été. Traitant de ses sujets de prédilection (le sexe, le cinéma, la drogue et la consommation matérielle), le rappeur et producteur de 20 ans s’est démarqué sur une scène rap anglophone parfois trop sérieuse.

Musoni

Très respecté sur la vivante scène des producteurs piu piu montréalais, Musoni nous a enfin livré un premier EP cette année, près de huit ans après le mix discontinué Beans & Rice. Celui qui avait notamment fait sa marque avec High Klassified (sur 90’s Babies en 2011) et Phil Sparkz (sur le maxi Shampoing & Toner en 2013) en a épaté plusieurs sur le discordant mais habile Niggas Is Allergic. Recherchant constamment à déstabiliser l’auditeur, le Montréalais a fait preuve d’un immense savoir-faire sur ce sous-estimé mini-album instrumental.

Téhu

Reconnu sur la scène hip-hop montréalaise depuis un certain temps, notamment en raison de son travail avec Dézuets d’Plingrés, le producteur et multi-instrumentiste Téhu a lui aussi fait le grand saut en solo cette année. Paru en toute fin d’année, son tout premier album EP Boulevard lui a permis de s’affirmer en tant que compositeur musical hors pair, capable de mener à terme un ambitieux projet au groove évolutif mélangeant hip-hop et jazz.

Brakhage

Formé de musiciens rock underground montréalais, le tout nouveau collectif Brakhage a été l’une des belles surprises de 2016. Mise en bouche savoureuse, aussi audacieuse que bancale, Invitation to an Emergency mélange free jazz, musique actuelle et blues rock dans une forme expérimentale. Malheureusement, ce premier EP hip-hop expérimental n’a pas obtenu un rayonnement à la hauteur de son potentiel.

slumgod.

Méconnu, le producteur slumgod. s’est illustré avec adresse sur Shitty Sounds – Good Times, un concluant premier EP lo-fi lancé au début du mois de novembre. Cinéphile, le Trifluvien de 19 ans enrobe ses compositions lo-fi aux teintes jazz et soul de mémorables dialogues tirés de classiques du cinéma. Pour un premier projet en carrière, le résultat est plutôt honorable.