Dany Placard et notre road trip au fin fond de l’Outaouais

«Eille Jo, qu’est-ce que tu dirais de faire un road trip jusqu’à St-André-Avellin à soir? Dany Placard donne un show là bas!» Depuis le temps que je me cherche une excuse pour aller voir de mes propres yeux cette fameuse Auberge, qui se trouve à plus d’une heure de route d’Ottawa, mais qui offre d’excellents concerts presque toutes les semaines, mon pote Martin venait tout juste de m’en donner une! Il n’a donc pas eu à insister bien longtemps pour me convaincre de le suivre.

tumblr_inline_mi897lHmQH1qz4rgp.jpg

Photo pas prise en hiver — évidemment!

Ça m’a effectivement toujours étonné de constater que le P’tit Café, adjacent à l’Auberge de jeunesse de la Petite-Nation au cœur du village de St-André-Avellin, parvient à attirer une panoplie d’artistes émergents. Comment une municipalité de 3 700 âmes, située à des dizaines de kilomètres des grands centres, arrive-t-elle à offrir autant de concerts, alors qu’on peine à voir ces artistes à Gatineau et Ottawa?

Une programmation de feu
La programmation a de quoi rendre jaloux tout amateur de musique émergente. On n’a qu’à jeter un coup d’œil rapide aux concerts prévu d’ici l’été pour s’en convaincre : Dany Placard, Avec pas d’casque, Bernard Adamus, Éric Goulet, Fred Fortin et Gros Méné, les Sœurs Boulay, etc. Même Martin Léon s’y rendra en mars, alors qu’on ne l’a pas vu en Outaouais depuis des années.

C’est donc entassé à quatre dans ma voiture que l’on prend la route. Maintenant que l’autoroute 50 entre Gatineau et Montréal est complétée sur toute sa longueur, le trajet est beaucoup plus rapide, mais ne nous offre malheureusement plus l’occasion d’arrêter déguster une poutine dans l’un des nombreux shack à patate qu’il y avait le long de la route nationale. Qu’à cela ne tienne, en plus d’une auberge fort animée, St-André-Avellin peut également compter sur le Café du Bistro qui fait une excellente pizza et où nous ferons notre premier arrêt.
tumblr_inline_mi89euDx8y1qz4rgp.jpg

Quelques bières plus tard, et bien repus, nous marchons jusqu’à l’Auberge Petite-Nation où doit avoir lieu le concert. L’endroit fait immédiatement bonne impression sur nous. Très joli bâtiment patrimonial dont l’extérieur est tout en bois, le café est convivial, l’accueil chaleureux et le bar offre d’excellentes bières de microbrasseries.

Comme son nom l’indique, le P’tit café n’étant pas très grand, on a rapidement fait connaissance avec plusieurs clients qui s’y trouvaient, en plus de discuter avec le responsable de l’endroit qui nous apprend qu’il s’agit en fait d’une coopérative et qui nous explique qu’ils travaillent très fort pour faire venir tous ces artistes de renoms. On a même pu saluer Placard et sa bande, avant qu’ils ne montent sur scène, où se trouvait alignée une jolie collection de 8 guitares, une basse et un banjo (assurément, Placard ne lésine pas sur les guitares)!

Placard: Le show
Quant au concert en tant que tel, on a eu droit, comme toujours, à une excellente performance de Placard. Pour l’occasion, il était accompagné de quatre musiciens, dont Macbeth, son acolyte de longue date. Bien que l’endroit fût loin d’être rempli à pleine capacité, Placard en a fait fi, et a déversé son folk avec passion, comme s’il jouait devant des amis. Il a joué son plus récent album, Démon vert, presque en entier, parsemé d’une pièce ou deux du groupe Plywood ¾.

Bien que Placard soit peu bavard, il a tout de même lancé quelques boutades bien placées, en plus d’affirmer, à la blague, qu’il semblerait que le country soit revenu à la mode ces jours-ci et qu’il y était sans doute pour quelque chose (drôle de hasard, on a justement écrit un billet sur le sujet il y a environ deux semaines). Un concert très folk, qui s’est néanmoins terminé avec une bonne dose de rock.
tumblr_inline_mi89bwrz2K1qz4rgp.jpg

Band de feu

La foule, plutôt tranquille, a semblé montrer un regain d’énergie lorsqu’il a entamé Angélique, sans doute la pièce la plus connue de l’album. Toujours aussi généreux envers son public, on n’a pas eu à insister beaucoup pour le convaincre de remonter sur scène après qu’il eu joué les dernières notes de son set. En fait, il n’a même pas eu le temps de descendre du stage avant de regarder ses musiciens et de leur faire signe de reprendre leurs instruments.

Placard est ensuite descendu dans la foule pour discuter avec ses fans qui s’étaient déplacés pour l’entendre, et signer des autographes aux quelques touristes qui se trouvaient dans l’auberge et qui semblaient avoir apprécié le concert.

Pour nous, c’est ici que la soirée se terminait. Étant chauffeur désigné, je pris le volant pendant que mes chums somnolaient sur la banquette arrière… en fait, ayant quelque peu abusé de l’alcool et ayant les tympans abîmés par le concert, ils ne somnolaient pas tant que ça et criait plutôt à tue-tête pendant que j’essayais de me concentrer sur la route enneigée! Définitivement, on a adoré le P’tit Café de l’Auberge, et ce ne sera certainement pas notre dernier road trip à St-André-Avellin!