Les héros de l'ombre : ingénieurs de son des Maritimes

BRBR jase de musique canadienne, toutes villes et tous sous-genres confondus. Derrière les groupes, des artisans travaillent en arrière-scène. Ici on a à coeur les héros de l'ombre. Le correspondant de BRBR dans les maritimes a demandé à deux groupes de la région de jaser des ingénieurs de son qui ont eu une influence positive sur eux.

Photo de couverture : Quiet Parade en studio avec Daniel Ledwell.

Le George Martin de Quiet Parade

Ingénieur de son : Daniel Ledwell (Halifax, Nouvelle-Écosse)

Défendu par : Trevor Murphy, Quiet Parade.

BRBR : Quelle est l'influence de Daniel Ledwell sur Quiet Parade ?

Trevor : Tu sais, on dit que George Martin est le cinquième membre des Beatles. Dan c'est notre George Martin. Il est plus qu'un réalisateur, mais un mentor. Il m'a appris beaucoup au sujet du chant et de la livraison.

Une des raisons pour lesquelles j'ai été attiré à l'idée de travailler avec Dan est parce que nous partageons le même amour des textures. Nous aimons tous les deux les ambiances à la wall of sound de la Phil Spector ou Bon Iver, mais nous insistons à l'idée d'y arriver de manière organique.

Cette approche change de disque en disque, mais par exemple, sur le nouvel album, nous avons mis l'accent sur ce type de textures et de tonalités, tout en gardant en tête qu'il fallait arriver à les jouer sur sur scène. Nous arrivons souvent à un terrain d'entente à ce sujet.

Les quatre membres de Quiet Parade au studio Lake Echo se font un high-five.

Quiet Parade.

BRBR : Qu'est-ce que Ledwell fait de différent contrairement aux autres ingénieurs de son ?

Trevor : En studio, Dan fait du coaching. Il construit des couches de son tout en te poussant à aller chercher la meilleure prise possible. Ce n'est pas agressif, mais c'est efficace à 100%. Le fait que je suis ami avec lui aide énormément.

L'emplacement du studio aide aussi. Echo Lake est le studio qu'il a construit à côté de sa maison à Lake Echo, à une vingtaine de minutes d'Halifax. C'est un coin de paradis. Nous avons enregistré le dernier album durant l'été, donc nous avons pris des pauses pour aller nager dans le lac, faire des feux de camp et manger des hot-dogs. Le caractère rural et la beauté de l'endroit aident à se concentrer sur l'enregistrement en immersion avec le projet en studio.

BRBR : Comment décrirais-tu Daniel Ledwell en un mot ?

Trevor : Exceptionnel.

Le Fenton Jarvis de The Shorty Tubbs

Ingénieur de son : Chris « Skinner » MacLean (Fredericton, Nouveau-Brunswick)

Défendu par : Marc Bragdon, The Shorty Tubbs, Young Satan in Love

BRBR : Quelle est l'influence de Skinner sur The Shorty Tubbs ?

Marc : Travailler avec Skinner dans son studio transforme l'enregistrement d'un sprint à une ballade. Nous sommes devenus confortables avec le processus, et n'avons jamais été aussi productifs et n'avons jamais eu autant de plaisir. Personnellement, je saisis avec confiance les possibilités sonores et créatives grâce à nos collaborations.

BRBR : Qu'est-ce que Skinner fait de différent contrairement aux autres ingénieurs de son ?

Marc : Skinner était aux Shorty Tubbs ce que Fenton Jarvis était à Elvis : un être dévoué à la musique et un ami proche. Plusieurs ingénieurs de son et réalisateurs comprennent la musique et la technologie, mais Skinner sort du lot car il te comprend. Il est là pour t'aider à réaliser ta vision, peu importe ce que ça prend.

BRBR : Comment décrirais-tu Skinner en un mot ?

Marc : Authentique.