Les Zerreurs

Les Zerreurs

On peut accoler de nombreux qualificatifs à la musique de Les Zerreurs, mais disons que la plupart de ceux-ci ne laissent pas vraiment sous-entendre un son pour le grand public. Le plus approprié est sans doute post-punk, mais on y retrouve aussi un peu de rock-garage, de noise, de hard core, de new wave même, ce à quoi s’ajoute en arrière-plan la voix aérienne, un peu rauque, parfois criarde mais toujours juste, d’Eva Stone. Bref, tout pour que votre grand-père qualifie le tout de musique du diable.

Pourtant, Les Zerreurs parviennent malgré tout à produire une musique accrocheuse, notamment appuyée par une basse épurée, dénuée de tout effet de pédale, et par des relances de back vocals qui confèrent le petit côté pop-punk-rock au tout.

Cette dualité entre guitares acerbes et mélodies accrocheuses, on la retrouve aussi dans la complicité qui anime les deux membres fondateurs de Les Zerreurs, Eva Stone (guitare, voix, réalisation) et Sylvain Castilloux (basse, back vocals). « C’est pas mal Sylvain le “popper” dans le band, c’est lui qui amène les petites mélodies plus accrocheuses, moi je suis plus la tannante qui s’énerve pis qui fait du bruit », avoue Eva.

Les Zerreurs en spectacle.

De Many Mental Mistakes à Les Zerreurs

Les mélodies accrocheuses et la basse épurée constituent d'ailleurs les principales différences par rapport à leur précédent groupe, Many Mental Mistakes (auquel le nom Les Zerreurs est évidemment un clin d’oeil). « Many mental Mistakes c’était pas mal plus noise, y avait 5-6 effets sur la basse, maintenant il n'y a aucune pédale sur la basse. Et avec Les Zerreurs, il n'y a pas vraiment de déconstruction ou de choses qui sont par exprès dissonantes, je dirais que c’est plus accessible », m’explique Sylvain. Et Eva de s’empresser de préciser que oui, c’est un peu plus accessible, mais que ça demeure éclaté, que de son côté, elle n’a pas laissé tomber le pedal board, loin de là, et qu’ils continuent d’aborder la musique de façon outrageuse.

Autre changement depuis l’époque Many Mental Mistakes, Les Zerreurs écrivent et chantent désormais en français. Pour Eva, le changement a vraiment été majeur. « Ça m’a pris beaucoup de temps avant d’apprivoiser ça, parce que c’est complètement différent de chanter en anglais et de chanter en français. Ça m’a pris du temps, il a vraiment fallu que je le travaille parce que ce n’est pas venu naturellement. Ma culture était vraiment plus anglophone de base, musicalement, il a fallu que je trouve ma voix personnelle, comment m’exprimer et être confortable là-dedans. »

Mais tout comme Les Zerreurs réussissent le tour de force de faire une musique à la fois noisy et à la fois accrocheuse, ils relèvent aussi le défi de faire du franco qui plaît au public anglophone. Il faut dire que, comme c’est plus souvent le cas en musique anglophone que francophone, la voix vient ici appuyer la musique plutôt que l’inverse. Il faut être bien attentif pour comprendre toutes les paroles!

Pour la suite des choses, Les Zerreurs prévoient un album complet pour l’automne, un album sur lequel ils promettent d’ailleurs de se « péter un time »! Et après avoir fait paraître leur EP sur cassette (sur Talking Skull), cette fois c’est sur vinyle que le tout sortira, avec version numérique bien sûr. Ils seront aussi en spectacle le 22 juin à la Sala Rossa à Montréal, en première partie du groupe culte The Ex.