SXSW 2014 : jour 2

Le niveau de bousculade était à son comble hier soir à Austin. Heureusement, d’autres évènements moins fougueux ont également accaparé notre attention. Les voici, à la minute près.

Un homme, un chien, une fille.

12 :45 – Comme tous les amateurs de ROCK québécois, nous applaudissons au génie de la programmation du Montebello Roerrckfest 2014, curieusement déjà affichée dans les rues d’Austin.

Affiche Kid Rock.

13 :45 – Pas de changement au niveau alimentaire : nous mangeons pas mal toujours des sandwichs avec de la viande de chien.

Sandwich

14 :48 – Après seulement 27 minutes d’attente, nous entrons à l’évènement le plus prisé de SXSW : le mythique Fader Fort. En gros, c’est nice parce qu’il y a de la musique, un bar open, du gazon synthétique, une table de ping-pong, des balançoires et, surtout, parce qu’ici c’est la grosse mode de filmer un show avec son iPad.

Tente Fader Fort à SXSW 2014.

15 :09 – Au menu musical cet après-midi, Temples et son rock d’attitude androgyne :

Temples en spectacle à SXSW 2014.

Sage The Gemini et son rap thug lancinant qui pourrait certainement fitter dans le générique de Hustle & Flow :

Sage the Gemini en spectacle à SXSW 2014.

Mais, surtout, Big Freedia : la démonstration de brassage de culs intermittent la plus édifiante jamais vue sur scène.

Big Freedia à SXSW 2014.

17 :40 – Entre deux spectacles, cet homme fait jaser de lui dans le public. « Maquillage ou problème ? », demande à haute voix un curieux spectateur.

Festivaliers à SXSW 2014.

17 :55 – L’illustre Isaiah Rashad s’amène sur scène avec son rap soul saupoudré de messages honnêtes. « Y’all live for bitches and blunt / We live for weed and money », scande-t-il sur RIP Kevin Miller, l’un des moments forts du Fader.

18 : 39 London Grammar : moments feutrés à l’horizon pour clôturer l’après-midi.

London Grammar à SXSW 2014.

20 :45 – Rencontre mémorable en-dessous d’un pont avec des voyageurs-musiciens gitans. « I’ve crossed America 4 times and I’m only 23 », nous apprend le chef de la bande, aux prises avec une cigarette de freebase dans le bec.

22 :11 – Garden & Villas, formation électro-pop-rock jardinière en apéritif de Kurt Vile au Cheer Up Charlie’s. « What language do you speak ?? Russian ?? », nous demande poliment un Texan dans la foule.

Garden & Villas à SXSW 2014.

23 :38 – Kurt Vile tente tant bien que mal de jouer, mais sa formule acoustique est complètement enterrée par le show volumineux de X, juste à côté.

00 :20 – Abandon soutenu de la file pour Tyler, The Creator au House of Vans. Certainement, la meilleure décision de notre vie puisque 15 minutes après, un char rentrait dans la foule et tuait 2 personnes.

Homme par terre à SXSW 2014.

Crédit Photo: Grave Online

On ne pourra jamais assez remercier Damon Albarn, notre ultime sauveur des grandes occasions, qui donnait un spectacle SANS LIGNE D’ATTENTE à quelques pas de là. Radieux comme toujours.

Damon Albarn à SXSW 2014.

01 :20 – Après avoir vu 487 secondes d’A Tribe Called Red, on termine notre journée avec des découvertes locales aléatoires dans n’importe quel bar. Seul problème : on n’a pas pris leurs noms en note. Tentez de les reconnaître !

A Tribe Called Red à SXSW 2014.

Un groupe inconnu à SXSW 2014.

Bonus :

Festivaliers à SXSW 2014.

À demain. #destinationultime

Assistant/Photographe/Chilleur en chef : Nicolas Simard