TOPS 2015 – Le meilleur du hip-hop franco-canadien (2/2)

Si la cuvée 2015 des albums hip-hop locaux n’a pas été des plus fastes, il en a été tout autre de celle des vidéoclips et des chansons. Retour sur 10 d'entre eux/elles qui ont marqué la dernière année.

Photo de couverture : Brown.

TOP VIDÉOCLIPS

10 : Arthur Comeau – Gone West

Entre les plans lents et le montage dynamique, ce clip du rappeur acadien (réalisé par Mathieu Laprise) propose un contraste habile. Les clichés de l’ouest redneck (les cowboys, les moteurs) se multiplient dans une Acadie aussi flétrie que vivante.

9 : Les Anticipateurs – Steak

Paru dans les derniers jours de l’année, ce clip dévoile tout le génie du groupe rap satirique Les Anticipateurs. Le steak saignant, les œufs gigantesques, les doo rag ridicules, la poudre… Tout y est.

8 : Koriass – Zombies

Cette réalisation du chorégraphe Nico Archambault propose un huis clos inquiétant mettant en vedette un Koriass menacé par une bande de danseurs-zombies. Succès instantané, le clip a dépassé les 70 000 visionnements en moins de trois semaines. Un exploit.

7 : Rednext Level – Sri Lanka

Ce nouveau projet d’Ogden et Maybe Watson d’Alaclair Ensemble a profité d’un engouement palpable lors de son éclosion, grâce à ce clip complètement déjanté pour le brûlot dance-rap Sri Lanka. L’esthétique rétro-kitsch 90’s y est tout simplement délicieuse.

6 : Brown – Brown Baby

Pour ce premier clip du projet père-fils Brown, la réalisateur Romain F. Dubois (de l’équipe Roméo & Fils) mise sur un collage d’images qui met de l’avant la différence dans tout ce qu’elle a de plus pur et naturel. Rarement a-t-on vu un clip hip-hop québécois s’écarter autant des normes et des stéréotypes du genre.

5 : Farfadet – Enfer/Éden

La compagnie montréalaise Sixteen Pads se dépasse sur cette réalisation épurée d’Enfer/Éden. Les plans larges grisâtres et le montage abrupt donnent une dimension profonde à la chanson, l’une des pièces les plus intimistes de Farfadet, qui brille par sa solitude tout au long du clip.

4 : Loud Lary Ajust – Blue Volvo

Réalisé par Martin C. Pariseau, Blue Volvo marque un tournant pour Loud Lary Ajust. Symbole de l’adolescence prolongée des rappeurs, la voiture semble maintenant terminer sa vie, signe d’une éventuelle évolution du groupe.

3 : Dead Obies – Aweille!

Habituellement redondant et sans grande originalité, le vidéoclip live prend une toute autre tournure avec Aweille!, grâce à la réalisation impeccable et très dynamique de Gabriel Poirier-Galarneau. Difficile de faire mieux dans le genre.

2 : Manu Militari – Volonté

Tourné au Maroc, ce clip met en scène l’actuelle crise des migrants avec intensité. À la barre de cette œuvre touchante, le toujours excellent réalisateur Usef Nait signe des plans léchés et lourds de sens.

1 : Rednext Level – 40K

Hommage « à la classe moyenne », 40K montre Ogden et Maybe Watson prendre le large à bord d’un VUS vers le stationnement d’un Maxi pour y manger du A&W. Canettes de bière à la main, les gars sortent ensuite l’artillerie lourde (des gros fusils et des motocross) sur un pit de sable. Bref, cette réalisation du collectif Les Gamins relève du pur génie.

TOP CHANSONS

10 : Manu Militari - Peace & Love

Sur son quatrième album Océan, le rappeur se confie plus que jamais sur de lourds passages de sa vie. Chronique-choc sur son enfance, Peace & Love raconte en détail la séparation de ses parents et le tragique drame qui s’en est suivi.

9 : Maxime Gabriel – J.1.V.

« On sait qu’la vie est courte, mais on cherche les raccourcis », clame d’emblée Maxime Gabriel (ex-Farfadet) sur cette production hip-hop progressive aux tableaux mélodiques multiples. Forte d’une construction musicale audacieuse, qui privilégie l’expérimentation au lieu du compromis pop, J.1.V. impressionne.

8 : Dead Obies – Moi pis mes homies

Histoire de faire patienter leurs fans avant leur deuxième album officiel, prévu pour mars prochain, les gars de Dead Obies ont fait paraître quatre chansons inédites l’été dernier. Du lot, Moi pis mes homies s’illustre grâce à ses influences south et sa frénésie générale, qui prend une tournure encore plus cinglée en spectacle.

7 : Brown – Lonely

Entre funk, électro, rock, rap et soul, Lonely mise sur un amalgame de sons et de mélodies hétéroclites qu’arpentent avec adresse et dynamisme les deux frangins Jam (K6A) et Snail Kid (Dead Obies). Avec sa voix harmonieuse et très accrocheuse, Robin Kerr (le père des deux rappeurs) donne une toute nouvelle perspective à la chanson, en fin de course.

6 : Rednext Level – Sri Lanka

Le délire d’Ogden et Maybe Watson repend de plus belle sur Sri Lanka, hit instantané qui flirte avec la musique dance du début des années 1990. Au micro, les deux rappeurs font preuve d’une théâtralité soutenue qui promet d’atteindre des sommets d’absurdité sur leur premier album Argent légal, prévu pour avril prochain.

5 : Toast Dawg (avec Jam & P.Dox) – Johnnés

Toujours aussi efficace, le duo Jam & P.Dox arpente avec une belle folie une productionsci-fi aux mouvances expérimentales, concoctée par la vétéran Toast Dawg. En faisant allusion aux effets de la drogue, les deux rappeurs s’adaptent très bien aux lueurs psychédéliques qui composent la pièce.

4 : Monk.E – Cashdown

Produite par PSTV, cette chanson représente une évolution certaine pour Monk.E, qui flirte pour une première fois avec le trap. Toujours aussi habité et lucide dans ses propos, le rappeur montréalais propose une critique franche de notre société de surconsommation basée sur l’accumulation monétaire.

3 : Dead Obies – Aweille!

Aweille! est une charge incroyable, un immense pied de nez à toute la production hip-hop locale standardisée et insipide. Appuyé par l’instrumentation live du collectif Kalmunity, ce premier extrait de Gesamtkunstwerk repousse les limites du rap local vers des sentiers inexplorés, au carrefour entre l’EDM, le funk et le hip-hop.

2 : Eman X Vlooper – Nat King Cole (Accrophone Remix)

Placide et épurée dans sa version originale, parue sur l’excellent XXL d’Eman X Vlooper, Nat King Cole vire carrément de bord sur ce remix signé Accrophone, le mythique duo que forment (encore?) Claude Bégin et Eman. Le rock soul impétueux de la production, combiné à l’énergie infiniment renouvelable du rappeur originaire de Québec, donne un côté mordant fort contagieux à la pièce.

1 : Brown – Brown Baby

Ode aux différences culturelles et au métissage des origines, Brown Baby donne le ton au projet père-fils Brown avec beaucoup de finesse et d’intelligence. À une époque où l’intolérance se fait de plus en plus vive, cette chanson est une lueur d’espoir aux influences soul et dub chaleureuses.