Une heure plus tôt dans les maritimes

L’hiver maintenant terminé, les plus téméraires sortent leurs sandales, un accessoire particulièrement efficace pour affronter la boue et les rebuts de la froidure. En musique, la fonte des neiges laisse une série de disques et de concerts. Retour sur l’hiver, une heure plus tôt dans les maritimes.

5. Two Hours Traffic - Foolish Blood

J’ai longtemps été un détracteur de la formation insulaire. Une écoute attentive de Foolish Blood m’a rangé parmi les adeptes de Two Hours Traffic. En plus de mettre en vitrine leur sens de la musique pop, le groupe façonne des refrains mémorables (Audrey), tout en assumant pleinement sa démarche jangle 1960s. Two Hours Traffic fonctionne à son plein potentiel sur Amour Than Amis et rappelle la nature scénique de sa musique.

4. Quiet Parade - Old Haunts

Jadis un projet solo mené par Trevor Murphy, Quiet Parade s’est transformé en un véritable groupe. Old Haunts fait bien plus que célébrer cette mutation en propulsant les Haligoniens parmi les incontournables du folk rock de la côte est. La grandiose Edge of the Ocean aborde la mort d’une petite ville en région, mais transcende ce régionalisme grâce à sa sensibilité ténébreuse. L’écoute de Old Haunts se fait le livret en main pour saisir pleinement l’essence écrite de Quiet Parade.

3. The Mouthbreathers - Stone Soup

J’ai souvent fait l’éloge du groupe originaire de Sackville. Après l’inéluctable Appetite for Deconstruction, l’évolution des Mouthbreathers est palpable sur Stone Soup, où la bande se rapproche du rock collégien. Les quatre chansons renferment le plaisir primaire du pop-punk, accompagné par les constats de Lucy Niles qui dessine son quotidien de référents et d’observations. Street Sense et Standards ressortent du lot, mais No Fear aurait très bien pu être une chanson de Pavement.

2. Joshua Van Tassel - Dream Date

Joshua Van Tassel façonne des paysages sonores qui évoquent autant la nébulosité des rêves que la tangibilité de la musique pop. Les envolées cinématographiques rayonnent à l’écoute de Dream Date où le compositeur n’est pas limité par son approche instrumentale. La subtilité des arrangements de The Sharpest Corner bénéficie d’ailleurs de la liberté sonore de Joshua Van Tassel. La plus grande qualité de Dream Date demeure son minimalisme, ce qui n’empêche pas le compositeur de personnifier ses musiques à l’intérieur de cette bande sonore chimérique.

1. PANOS - Homonyme

Le premier album de PANOS est paru en novembre dernier. S’il est passé sous le radar, il occupe encore une place de choix dans mes listes de lecture. Panos Giannoulis livre un rock indé avant-gardiste, libre des contraintes rigides de la pop, sans renier l’importance des hameçons musicaux. Le résultat est déconstruit, mais il étonne avec sa profondeur mélodique. La sensibilité artistique de Giannoulis est en équilibre avec son audace sur cette rencontre improbable entre l’improvisation et le rock.